mercredi 29 janvier 2014

Tout bio, tout beau?

C'est indéniable, le bio a le vent en poupe. Mais alors quand moi j'ai commencé à avoir une foi inébranlable dans le bio, j'ai toujours croisé sur mon chemin des sceptiques et/ou indécrotables partisans d'une agriculture conventionnelle, aussi bien pour la bouffe que pour les cosmétiques.


J'ai donc décidé de répertorier les quelques grandes buttées face auxquelles je dois généralement faire face et les réponses que j'ai sous mon coude.

L'argument de l'anti bio numéro 1

Le bio, c'est un gros mensonge, la pluie est aussi polluée dans le champs du paysan bio que celui du paysan normal, en plus, si y'a un mec qui cultive des OGM dans le champs d'à coté, tu vas pas me faire croire que le champs du gars reste quand même bio.

En gros, son argument, c'est que le bio, c'est de la piquette.

Et là en général, c'est l'argument qui fait que le mec je lui mettrais bien un pain dans le nez, parce que ça prouve combien Ô joie, il est informé sur la législation biologique.

Donc mon coco, je t'apprends deux trois petits trucs super basiques. Un produit biologique reçoit certes la même pluie infâme que le reste des légumes des autres champs, mais sache pour ta gouverne que le paysan bio, lui, ne balance pas dix kilogrammes de pesticides par mètre carré, qui détruisent la terre, polluent les nappes et accessoirement font pousser des cancers dans nos organismes.
Et secondo, il existe un seuil de tolérance extrêmement faible concernant les OGM dans le bio, ce qui fait qu'on en retrouvera moins de 0.9% dans le produit final. Alors, heureux?


Mais bien sûr, face à cet argument massif de vérité, le sceptique/de mauvaise foi, trouvera à te dire que ...

Le bio de toute façon, c'est super cher.

Alors là c'est toujours l'argument où tu as envie de lui donner un poil raison, mais que dans un sens... En fait non.

Le bio coûte à équivalent identique d'un même produit, un peu plus cher. Et tu veux savoir pourquoi? (mis à part le fait que c'est parce que tu as un produit de bien meilleure qualité sanitaire). Parce que la certification coûte une blinde. Parce qu'un produit certifié a été contrôlé, et que la mise en place des moyens menant à la certification engendre des coûts.
Et puis forcément, sans des supers engrais qui forment des enfants avec trois têtes, les rendements sont un peu moins bons que ceux de l'agriculture intensive.
Résultat des courses, oui, un peu plus cher.

Mais je nuance ceci par le fait que, si l'on considère que l'agriculture intensive est subventionnée à mort par l'état, et donc prélevée dans les impôts payés chaque année par les concitoyens, alors le coût d'un produit certifié biologique ne diffère pas tant que ça d'un produit conventionnel. Et si en plus de ça tu savais combien coûte chaque année à la France l'installation du traitement des eaux agricoles, je pense que ton kilo de carottes biologiques, tu sauterais dessus sans réfléchir et tu irais brûler les fermes non biologiques. Parce que ça coûte plus cher à la France de faire bosser les agriculteurs que si elle les payait à rien faire.

Mais bon, j'suis pas ici pour te vendre la nourriture biologique ni même pour t'inciter à aller brûler des champs, parce que moi ce qui m'intéresse, c'est de te convaincre que le bio est aussi et surtout très bon pour tes soins cosmétiques.

Et tu veux savoir pourquoi?

Parce que tu ne trouveras jamais dans tes produits biologiques les résidus pétrochimiques, les neurotoxiques et autres joyeusetés présentes dans la plupart des cosmétiques conventionnels.
Et qu'en plus, dans les produits très concentrés comme les huiles essentielles, tu ne trouveras pas de résidus d'insecticides ou autres produits qui, concentrés donc, pourraient poser problème.

Dans la pratique, ça marche comment?

Tu peux vite te perdre dans les différents labels. Surtout que les marques bien implantées sur le marché et historiquement pionnières dans le domaine n'affichent pas les labels en première ligne sur leur packaging, et tu peux les chercher un moment en pensant que c'est tout sauf bio.
Regarde donc par toi même à quoi ressemble le packaging d'un produit de la marque Weleda, tu vas vite comprendre où je veux en venir...

Il existe un label par pays grosso modo, parce que ces fichues andouilles ne se mettent pas d'accord sur les exigences à apposer au label.

Chaque label n'est pas égal, car ne requiert pas les mêmes exigences, tu l'auras compris.
Certains sont puristes, comme le label Natrue, qui souhaite que les produits soient très naturels, que l'eau ne soit pas prise en compte dans le calcul du total naturel/bio, avec très peu de produits chimiques complexes autorisés. Le must à mon sens, mais c'est un label qui ne permet pas à toutes les catégories de produits d'être certifiés. Tu ne trouveras donc jamais (ou du moins si c'est le cas appelle moi), un gel douche certifié de ce label car c'est un produit dans lequel certains composants ne peuvent pas être naturels au sens où eux l'entendent.

Malheureusement, comme tu t'en douteras, les labels très exigeants sont les moins répandus.



C'est donc comme ça que tu trouveras le label Ecocert, un peu partout, alors que c'est un des moins restrictifs. Je vais paraître très critique, mais pour moi c'est un peu la version cheap de la certification biologique, et en lisant les critères, j'ai vraiment la sensation que des concessions ont été faites pour permettre à un grand nombre de produits de devenir biologiques, afin, sous couvert d'une certification, de mieux se vendre parmi des consommatrices désormais plus méfiantes. Cet avis n'engage que moi, mais je fais beaucoup plus confiance à des labels comme Natrue et Nature et progrès, qui ont un réel engagement, très marqué, afin d'offrir le meilleur de la nature dans leur produits. 
Après rien n'empêche à un produit labellisé Ecocert d'aller a delà des exigences de la certification, mais pour le savoir, il faut poser un oeil sur la composition du produit, car le label a un cadre très large!
Si le sujet vous intéresse, et que vous avez la curiosité, allez tout de même constater par vous même les différences de critères (ou lisez le livre "la vérité sur les cosmétiques"), et vous comprendrez de quoi je parle, car mon argumentation deviendrait rapidement lourde et vide de sens si je vous balançais les pourcentages à la suite. :-)


Un argument qui pourrait en convaincre plus d'une et qui m'a paru si logique quand je l'ai lu : pourquoi acheter un soin cheveu au beurre de karité (qui contiendra plus d'autres choses que du beurre de karité) quand on peut se faire un soin au beurre de karité pur?
Médite donc là-dessus!


Il faut savoir que les actifs comme le beurre de karité, les huiles végétales, les huiles essentielles, souvent vendues comme composants majoritaires (et qui figurent en général sur les emballages très verdoyants) des cosmétiques, sont présents à des doses si faibles et si noyées dans le reste qu'il n'ont aucune efficacité. Aucune.
La majeure partie des composants chimiques qui constituent les produits de soins corporels ne pénètrent pas dans la peau et créent tout au mieux un film de protection "parasite" et temporaire, alors qu'un soin naturel, une huile par exemple, pénètre au coeur de la peau, agit en symbiose avec elle, et permet un effet durable bien que non immédiat.

C'est bien connu, la nature prend son temps.

Si je dis tout ça, c'est parce que je suis convaincue que le bio devrait devenir la règle, car même si certains produits conventionnels donnent l'impression d'être efficaces, il peuvent être dangereux pour la santé, et je ne pense pas qu'il soit nécessaire de s'attaquer à sa santé pour sa beauté.
C'est aussi parce que je pense qu'à présent, même dans le bio, il existe une grande disparité en termes de qualité, et c'est important de le savoir pour acheter consciemment. 

Mon discours paraît un peu utopique, mais après tout, si nous sommes de plus en plus nombreuses à faire confiance au bio et à revenir à la nature... C'est qu'il y a une bonne raison!
Après, n'allez pas croire que je suis extrémiste, mon choix bio n'engage que moi, je comprends les attentes et envies de celles qui consomment conventionnel, et je ne leur jette pas des cailloux, j'espère juste paraître convaincante avec ce qui moi, m'a ralliée à cette cause.

Je trouve la nature si belle et si généreuse que je trouve dommage de la gâcher (et de nous gâcher!) avec des produits irrespectueux pour nous, et pour elle!


Ce sujet ne fera pas l'unanimité j'imagine, je suis entièrement ouverte à toutes les critiques, à tous les avis, et à vos expériences personnelles qui vous feraient pencher d'un coté ou de l'autre.

With much love ♥

Délia

5 commentaires :

  1. Je suis entièrement d'accord avec toi, t'as tout dit, j'ai rien à redire !! :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aurais juste une ou deux petites remarques à faire concernant le bio: oui, c'est extrêmement règlementé dans la façon de produire etc.. mais moi qui travaille sur les risques de pollution des sols (liés surtout à l'activité humaine il faut le dire) je peux te dire qu'aucun sol en France n'est, à ce jour, pas pollué. Que ce soit par les panaches de fumées, les rejets liquides faits dans les rivières ou même tout simplement par la présence naturelle de polluants dans le sol (merci Mère Nature!), le pauvre agriculteur qui souhaite faire du bio il est mal loti. Du coup même si son champ, selon la loi, doit être hors exposition de toute contamination industrielle ou agricole et ses produits doivent avoir subi des analyses sur un panel de polluants pendant 5 ans avant de pouvoir s'appeler "bio", ceux-ci ne seront jamais totalement bio comme tu peux le laisser penser. On passe notre temps à ingurgiter des doses d'arsenic, de plomb, de zinc, d'hydrocarbures et autres joyeusetés.. qui viennent la plupart du temps de la composition du sol lui-même sans qu'on l'est tripatouillé. Alors oui, tout ça est contrôlé mais imagine ton produit bio qui contient une dose d'arsenic dite "bénigne pour l'organisme" et donc autorisés à la consommation, que tu manges pendant imaginons 5-10 ans. La dose que tu auras dans ton organisme sera la même que celle que tu aurais eu pour un produit non bio cultivé sur ces mêmes terres (le champ d'en face), les nitrates en moins! Sauf que l'arsenic est beaucoup plus mortel que les nitrates.. Alors ma question est: à quoi ça sert de se mettre la rate au court-bouillon à rechercher le produit le plus bio du monde si même nos grands parents en cultivant leur propres produits, avec tout le savoir faire et l'amour du naturel, sont aussi mal lotis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une remarque intéressant, mais pour moi le bio est surtout un engagement sur le long terme, alors j'ai bon espoir que si on arrête de cultiver avec tous les produits qu'on utilise maintenant, on retirera une partie de ce qui pollue notre organisme.
      Je suis d'accord que mon article laisse penser que le bio est une solution ultime, mais je suis intimement convaincue qu'il faudra bien arrêter un jour notre façon de produire...
      Je n'ai pas bien compris, quand tu dis "mal lotis" pour parler des grands-parents, tu parles de leur santé? Parce que personnellement, les cancers ne les ont pas emportés autant qu'ils emportent les générations d'après, qui ont eu plus droit à tous les pesticides et compagnie ...
      Mais si tu peux préciser ta dernière question du coup j'suis pas contre! (parce que pour le reste je vais avoir du mal à argumenter, je ne suis pas renseignée sur ce que tu abordes, même si je sens que c'est effectivement un argument viable en défaveur du bio, du moins, sur le court terme!)

      Supprimer
  3. Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il faut qu'on arrive à trouver une façon de cultiver les produits plus saine, c'est d'ailleurs un peu le leitmotiv qui m'a poussée à faire ce que je fais. :)
    Quand je parle du fait que nos grand-parents sont mal lotis, je faisais une petite généralité (sûrement pas très appropriée) sur le fait qu'on a tendance à dire que rien ne vaut les aliments produits à l'ancienne (par les grands parents notamment qui n'utilisaient, en tous cas les miens, que du bon purin d'âne...). Sauf que même eux, qui ne vont rien rajouter en pesticides et autres, n'arriveront pas forcément à du 100% sans polluants puisque malheureusement ils habitent, par exemple, dans une région qui a été bombardée pendant une des guerres mondiales (Dieu sait qu'il y en a) et que du coup ils se retrouvent avec des concentrations en Plomb désastreuses. Du coup le bio, c'est une agriculture plus respectueuse certes, mais pour moi, ça signifie pas forcément de meilleurs produits que les produits non-bio et donc ça perd un peu de sa magie.. Mais ça n'est que mon avis =).
    Et puis j'ajouterais pour finir: "t'inquiètes, jsuis sur le coup !! J'termine mes études, jtrouve un procédé révolutionnaire et jte dépollue tout ça en deux-deux ! A nous la jolie planète ! ;)"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette, j'espère qu'il y en a plus des comme toi alors ;).
      Pour le coup, je pense que comme tout le monde les grands-parents ont conscience de vivre dans un monde pollué, mais ce qui moi me pousse à apprécier le bio, c'est le coté "moins pire" de la chose, c'est peu mais je trouve que c'est déjà beaucoup!!
      Et puis même si c'est pas 100% mieux, il n'y a quand même pas tous les composants des pesticides dans le bio non? (là c'est une pure question)
      Vive le purin d'ânes ;D

      Supprimer

Exprime toi ici mon petit, c'est free!