lundi 14 avril 2014

Moi, mes cheveux, et le bio, un an après

C'est maintenant une histoire d'amour hors du temps et de l'espace qui se joue entre moi et les produits cosmétiques bio!
Je suis maintenant convaincue à 500% qu'ils ont un effet bénéfique bien plus grand que les produits de la cosmétique conventionnelle, ma peau et mes cheveux en sont les témoins les plus convaincants (si convaincants que ma maman passe plus de commande aroma zone que moi maintenant, et qu'elle est enfin parvenue à rendre de la vigueur à ses cheveux maltraités par des années de soins aggressifs et de couleurs chimiques).

Je me souviens avoir commencé à prendre soin de mes cheveux avec le bio il y a environ un an. C'est l'heure du bilan.

Mes soins sont assez restreints, à vrai dire je ne suis pas très patiente, j'ai une masse de cheveux assez phénoménale, alors les bichonner prend rapidement des tournures de sport national. Surtout depuis qu'ils m'arrivent en dessous des épaules, où je pense sérieusement à leur donner un coup de tondeuse et tout raser.

(le lapin c'est pour tondre les cheveux, normal)


Mes cheveux n'avaient jamais joué les relous. Ils ont toujours été rebelles, je n'ai jamais tenté de les contenir dans leur folie, mais je dois bien avouer que depuis que j'utilise le bio, ils sont doux, bien épais, brillants, et ils font de belles ondulations!
L'énorme avantage à ne se laver les cheveux qu'avec des produits doux (adieu laureth sulfate!) et sans silicones, c'est que plus jamais mes cheveux n'ont connu l'expérience douloureuse de régraisser au bout de 2 jours, ni même d'être lourds et sans pêche.
Tous les jours, j'arbore maintenant avec fierté mes belles bouclettes, pleine de vie et de joie!
Et le mieux, c'est que même en ne me lavant plus les cheveux qu'au bout de 4 jours (inconcevable aupravant, sauf si j'étais en vacances et recluse chez moi) et bien le bad hair day n'existe plus... Seule ma mèche de devant graissouille mais faiblement, ce qui fait qu'à partir du moment où je la coince derrière mon oreille, on n'y voit plus rien.

Bien entendu, ce serait une erreur de ne pas vous dire avec quoi je suis parvenue à ce miracle de la vie.
Premièrement, j'ai utilisé le shampoing coslys à la menthe, dont je vous avait déjà parlé sur le blog. Un shampoing doux mais sans plus! Sa composition n'est pas ce qu'on peut trouver de meilleur, mais il fonctionne bien, et il sent très bon.
Je l'ai utilisé pendant 6 mois, puis j'ai fait une commande shampoing chez Mondebio, composée de trois shampoings : une miniature logona anti pellicules, et deux shampoings lavera (dont un au citron que vous ne voyez pas ici).



Si je ne devais vous en conseiller qu'un seul, c'est le logona. Déjà, ils sent la carotte râpée, et moi j'adore cette odeur fraîche. Ensuite, il est particulièrement efficace et doux, avec lui j'ai même réussi à tenir 5 jours sans shampoing (truc de malade pour une nana qui croyait avoir des cheveux régraissant vite O.O). Enfin, pour ce qui est du caractère anti pelliculaire, j'ai tendance à en avoir un peu quand je suis au bord du gouffre de la fatigue, et dès que je l'utilise, c'est comme si ça n'avait été qu'un mauvais rêve.
Ce shampoing is THE BEST CHAMPION EVER.

Pour donner de la force, de la brillance et éventuellement réparer mes cheveux (n'oublions pas que pour les besoins de mon travail de pâtissière, mes cheveux passent 9 heures par jour attachés, très serrés), j'utilise toujours de l'huile de noix de coco sur les pointes. C'est très économique, car j'ai toujours le même pot au bout d'un an. Je l'utilise quand j'ai le temps, en bain d'huile avant mon shampoing. C'est un réel plaisir olfactif, mais c'est aussi l'huile qui pénètre le mieux la fibre capillaire (de ce que j'ai pu en lire!) et qui est donc une championne dans l'art de sublimer le cheveu. Autre avantage, son odeur paradisiaque qui, même si c'est l'hiver et qu'il pleut, t'emmène dans un pays exotique et ensoleillé. Et oui, c'est aussi une cure mentale!


Pour celles qui se demandent encore si la transition vaut le coup, je répondrai mille fois oui.
C'est certain, le coût des shampoings bio est plus élevé, mais la raison principale c''est que les produits pleins de sodium lauryl sulfate sont très peu coûteux à produire, puisque cette matière première (représentant une grande partie du produit final) est CHEAP. Celles utilisées par les produits bio sont moins économiques mais beaucoup plus saines et naturelles. C'est encore une fois une question de choix, mais pour ma part, je n'achète que peu de bouteilles, je ne sais pas comment je me débrouille mais je n'ai utilisé que 40 euros de shampoing et avant shampoing en une année.




Et vous pouvez donc aussi admirer mes reflets, 100% henné, 100% naturels et 100% trop cools! :-D

Alors si toi aussi tu en as assez de tes cheveux gras et lourds, sans vie intérieure, pose toi la bonne question : est-ce que j'utilise les bons soins?

Alors toi, déjà adepte ? Ca te tente ce brix à brac??



jeudi 10 avril 2014

Liner bio VS liner sephora, l'ultime bataille

OUuuuh le liner, ce sujet épineux. Je n'y avais jamais touché, plutôt par flemme que par maladresse dans le trait, mais je suis vite tombée amoureuse du regard Wide open que ça peut te donner, même quand tu jurerais avoir la tête coincée au fond de ton derrière (ça m'arrive le dimanche, après une semaine de 40 heures et après m'être levée à 3 heures, no worry, j'le vis bien).

Mais alors que des jours heureux se profilaient entre mon liner sephora et moi, j'ai eu ma prise de conscience biologique. Celle qui fait que maintenant, plus aucun cosmétique autre que biologique ne trouve grâce à mes yeux. La petite voix qui te dit "Ouii cette couleur est bien jolie ma foi, mais j'te dis pas les dérivés de pétrole là dedans, ça doit pas être terrible pour tes mirettes mistinguette". Oui, ma voix intérieure me parle comme ça.

Mais alors en commençant à chercher sur les étals biologiques, je me suis demandée comment de un j'avais pu trouver aussi rapidement un liner parfait juste au hasard, et de deux, comment le marché du liner bio pouvait être aussi atroce.

Problème number one pour moi : le pinceau. J'air regardé chez benecos, une marque dont j'adoooore le masacara, juste discret comme il faut, mais qui te fait le regard qui pétille. Petit souci, c'est une sorte de pinceau plastique, qui te fait des traits épais comme une voix de chemin de fer. C'est bien si tu veux te la faire Amy winehouse, moins si tu veux te la jouer discretos.

Mais je cause, je cause, mais je vais vous comparer ces deux là.


1- Le packaging

Y'a pas à dire, chez Sephora, c'est de la grande distribution un peu bâclée, on te vend ton liner sur un étalage t'as pas de petit carton d'emballage, globalement le noir c'est plutôt moche, et en plus, les écritures argentées ont tendance à partir en sucette.
Coté couleur caramel, un emballage soigné, carton, comme je les aime, avec des écritures, des petites fleurs, sobre mais efficace.
Bon point pour le bio!


2- Le pinceau

Chez Sephora, y'a du savoir-faire. Le pinceau est fin sans exagération, et c'est bien pratique pour tracer des traits moyens. Si tu veux du trait très fin (dis le à l'oral, c'est rigolo haha), il faut utiliser un petit coton tige pour retirer l'excédent.
Pour couleur Caramel, c'est une grosse victoire. Le pinceau est super fin, tu peux tracer un ras de cil qui se remarque à peine mais ouvre ton regard de biche.
Un méga point pour le super pinceau.



3- La couvrance

Sephora t'envoie du pâté, c'est super couvrant, on trempe une fois et on pourrait se faire l'intégralité de la paupière avec.
Gros point négatif, le liner couleur caramel ne peux pas s'utiliser de la même façon ... Le produit n'a pas la teneur du chimique, du coup, si on veut tracer tout son trait, on se retrouve avec une couleur presque marron, et on voit le trait du pinceau au milieu, comme une raie bien moche sur ta paupière.
Et un point pour sephora!

Tu peux toi même constater la différence entre les deux, c'est pas franchement flagrant!



4- Le confort

Chez sephora, brique sur ta douce paupière, lifting en marche. Quand je le mets, j'ai parfois la sensation que c'est tendu de chez tendu.
RAS coté couleur caramel, le produit ne se sent pas sur les yeux, aucun oeil rouge ou larmoyant en fin de journée.
Gros point pour Couleur Caramel

5- La tenue

Autant vous dire que c'est là que pêche le produit biologique.
Sans base à paupière, le sephora tient tranquillement la journée, là où le couleur caramel s'estompe et signe son arrêt de décès dans les heures qui suivent son application. Si base il y a, aucun problème à signaler, ça tient, et bien.
Un point donc pour sephora!

6- La composition et l'engagement

Je ne vais pas vous en apprendre beaucoup, mais le liner sephora perd beaucoup de points dans cette catégorie. Je n'ai pas réussi à me procurer le détail (faut dire que j'ai pas non plus cherché) mais à moins qu'il ne contienne lui aussi de l'hydrolat de rose bio, et de l'aloe vera, il est battu à plat de couture par Couleur Caramel.
Et comme le produit est certifié bio, on est certain de sa pêche ;-)
En plus, le produit n'est pas testé sur les animaux, ce qui nous vaut un joli petit lapin sur l'emballage.

7- Le prix

10.95€ pour sephora
15.70€ pour couleur caramel

Sur le global, tu peux te faire ton propre avis, mais je suis raide dingue du packaging du produit couleur caramel, du fait qu'il ne me pique pas les yeux (évite les noeuds!) en fin de journée, et aussi de son pinceau tout fin, même si quand on veut un trait épais c'est un peu plus galère!


Et toi chaton, tu veux du Couleur Caramel dans ta vie?


lundi 7 avril 2014

La pierre d'alun, preux chevalier anti transpirant

[Attention, cet article va être placé sous le signe du glamour]
[Et sous le signe du pavé]

Bonjour, amis des aisselles et des sueurs!
Comme tout autre être humain, tu es doté de peau, et donc en toute logique, de pores de la peau (sauf si tu es une publicité l'oréal, là tu seras lisse as fuck).
Par un procédé aussi démoniaque que celui de la repousse systématique (et beaucoup trop rapide si vous voulez mon humble avis) des POILS, dieu (ou un autre mec, j'ai pas d'avis sur la question) nous a créé avec un système de régulations de la température corporelle.
Tu as déjà vu ton frigo. Lui il a des petits tubes derrière, et c'est pas là que sort la chaleur contenue dans les produits qui sont dans son ventre. Lui c'est glamour.
Mais nous pauvres humains mal fichus, on a des pores de la peau, et on transpire, on sue, on dégouline (bientôt rien que pour vous, la métaphore tsunamique rapport à la transpiration, avoue que t'as grave l'image en tête bébé).
Moi j'admets que j'ai plutôt été bien conçue à ce niveau là, je ne suis pas de celles qui vont se taper des auréoles jusque sur les genoux, mais moi aussi je transpire quand j'ai chaud. Et toi aussi, même si tu préférerais dire que t'es la princesse raiponce et que tes cheveux infiniment longs ne graissent pas (attend la nana elle sort de l'eau ses cheveux ils sont secs instantanément déjà y'a anguille sous roche).

Mais faut le dire aussi, avec mon nouveau métier de pâtissière, après 2 heures passées à chouchouter la cuisson des croissants, après avoir monté 154 fois les escaliers vers la chambre froide, et courru après mon train pour enfin rentrer chez moi, c'est limite si il faudrait pas que j'installe un ventilateur sous chaque bras.

Deuxième problématique, j'avais vraiment pas envie de continuer à m'appliquer les produits bourrés d'irritants ou de produits chimiques bien nocifs sous les bras.

J'ai donc tourné toute mon attention vers un petit déodorant ushuaïa à la vanille de madagascar à moins de deux euros.
Bon premier test, ça sent bon.
Premier jour d'essai, je me rase, pépère tranquille la vie comme d'hab, et là .... C'est le drame.
Parce que bon OKAI mon déo il est bio, mais putain, le mec il a mis le litron d'alcool à 90° dedans. Mon aisselle, totaly désinfected, moi KO, le déo 1 point.
Bien entendu, si ça avait marché, je n'aurais pas fait état de ce désagréable point.
Mais sitôt que tu transpires, ça ne sent plus tellement la vanille (si tu vois ce que je veux dire hinhin).
Donc le déo vanille on oublie.

J'ai continué à l'utiliser (et en mettre 12 fois par jour anyway) mais arrivée au bout du tunnel, il a bien fallu que je lui trouve une alternative.


Et j'ai trouvé une petite pierre d'alun.
Moi j'avais cru comprendre en lisant quelques articles qu'il fallait se méfier.

Pour ton information, il existe deux pierres d'alun.
La vraie et ... La fausse
La vraie, potassium alum, est naturelle. Elle resserre les pores, c'est ce phénomène qui lui permet de réguler la transpiration. Elle ne bouche pas les pores, donc pas de risque d'avoir des petites boules douloureuses sous les bras. Et cette petite pierre magique ne fait pas que ça. Elle se bat noblement contre les bactéries qui causent les odeurs pas fraîches. Et c'est un coagulant aussi. donc ça aide si tu te rases la barbe (j'aime aussi les femmes à barbe sur mon blog, FEEMMME, je vous aiiiime).


La fausse, l'amonium alum, est totalement synthétique.

La différence? La naturelle dégage des substances d'hydroxyde d'aluminium, inertes et non nocives pour la santé, et l'autre... Des molécules qui elles peuvent passer à travers la petite barrière qu'est ta peau, et continuer tranquillement son chemin dans le reste de ton corps.

Niveau application, rien de bien savant, si ce n'est que ce n'est pas un roll-on tout prêt.
Il faut humidifier la partie où l'on veut appliquer la pierre. Pour le faire, j'utilise de l'hydrolat de géranium, parce que j'avais ça sous la main, mais tu peux choisir par exemple de la lavande, qui ajoutera un effet assainissant. Le prochain sur la liste est l'hydrolat de citron!
Niveau efficacité, pour tout te dire, je suis bluffée. La pierre n'a aucune odeur à elle, donc il n'y a aucun effet "masquage" de l'odeur de la transpiration, comme avec les autres déodorants. La vérité, c'est que de un, je transpire beaucoup moins (OUIII adieu le tsunamiiii), et de deux, si je transpire, c'est de la transpiration de princesse, totalement inodore.


NIVEAU TARIF, c'est le truc le plus rentable de l'univers. Deux mois d'utilisation, elle n'a pas bougé d'un cil...

Après, ma soeur dit que ça ne marche pas, peut-être que pour que ça fonctionne il faut y croire, un peu comme un gri gri!

Si jamais tu es intéressée par la sorcellerie magique de cette pierre ancestrale, elle m'a coûté une huitaine d'euros dans mon magasin bio habituel, l'hydrolat, acheté chez Aroma zone 4€ et des patates, à toi de calculer!

En tout cas, si tu cherches un truc chouette pour réguler ta transpiration, à petit prix, et efficace, c'est une solution!

Bien à toi chaton, je retourne à la recherche de mon glamour, il s'est enfui si loin à la vue de cet article que je ne suis pas certaine qu'il acceptera de revenir un jour...

With Much love

mardi 1 avril 2014

Charlotte aux fraises douce, sucrée et acidulée

La folie fraise m'a attrapée un peu tôt cette année, dans le sens où ce n'est absolument pas la saison, et que je trouve ça contre nature au possible d'acheter des fruits hors saison. En plus pour tout vous dire, elles ne sont pas très bonnes ces fraises, mais vu le prix il fallait s'y attendre! (quoique j'ai quand même trouvé des fraises bio à 1€ la barquette, j'ai pas compris non plus).
Vivement que le beau temps arrive et que je puisse aller cueillir mes fraises moi même! (mais oui, souviens toi, je suis une de ces cueilleuses compulsives et régulière)



Le CAP approche dangereusement, je sais maintenant que je le passe dans la première semaine de Juin, et comme je le sais, j'ai la panic attack. Tu sais, quand tu regardes, pour n'importe quel examen, tout ce que tu dois savoir, et que t'as l'impression de ne rien connaître, alors même qu'au fond de toi, tu sais que tu as déjà tout bien gravé au fond de ton cerveau.
Donc, pour me rassurer, je pâtisse. En quantité et en qualité s'il vous plaît (faut dire que j'en revend une grande partie, y'a du défi dans l'air).

Et là, c'est le chapître "charlottes". Parce que je ne sais pas si tu as déjà regardé les sujets du CAP pâtisserie (si tu ne le passes pas je ne t'en voudrai pas pour le non), mais y'a que des charlottes.. A mon grand damne, parce que je n'aime pas ça les charlottes. Ni les faire, ni les manger.


Cette recette est constituée à 100% par assemblage de recettes de CAP, ce ne sont donc pas les meilleures mais les plus simples à réaliser.
Habituellement, pour les charlottes aux fruits, ce sont des mousses de fruits qui garnissent le centre de la charlotte, mais j'aime mieux la bavaroise.

Cette recette représente environ les quantités pour une charlotte et demie (le chiffre à la con...) montée dans un cercle de 22 cm de diamètre. Avec le reste j'ai fait des petites verrines avec les chutes de biscuit à la cuillère et le reste de crème avec quelques fraises coupées en dé. C'est une meilleure alternative que la poubelle et tout le monde a aimé! :)



Dans cette recette dite inversée, on monte d'abord les blancs avant d'y incorporer le reste. Ca facilite grandement les choses et réduit le risque de briser ses blancs et faire retomber le mélange!

- 5 blancs d'oeufs
- 125 g de sucre
- 5 jaunes d'oeufs
- 88 g de farine
- 38 g de maïzena
- Quelques gouttes d'extrait de vanille
- sucre glace à saupoudrer

Commence tout d'abord par monter tes blancs d'oeufs. Lorsqu'ils commencent à monter et devenir mousseux, incorpore le sucre. Laisse tourner ton batteur jusqu'à obtenir des blancs bien fermes. Pour cela, évite de faire tourner trop rapidement ton batteur, parfois les miens sont retombés à cause de ça, et ça fout les boules.
Ajoute ensuite tes jaunes et mélange seulement jusqu'à incorporation.
Ensuite, munis toi d'une écumoire ou de quelque chose d'assez large, et mélange soigneusement la farine et la maïzena avec les oeufs montés, en évitant de réaliser des mouvements circulaires. Le mieux est de soulever la masse à répétition!
Dressez ensuite l'appareil à l'aide d'une poche à douille, en faisant ce qu'on appelle la cartouchière (la bande sur le coté de la charlotte), en réalisant une suite de boudins collés les uns aux autres. N'oubliez pas de faire deux cercles qui serviront pour garnir l'intérieur de votre charlotte.
Saupoudrez de sucre glace une première fois, puis, lorsque le sucre aura fondu, une deuxième fois, et enfournez à 190°C une dizaine de minutes. Le biscuit doit colorer, mais pas trop cuire, sinon, vous aurez du mal à le plier pour le mettre dans votre cercle! (si ça vous arrive, humidifiez un torchon, posez le sur le biscuit et remettez le au four quelques secondes!)


- 1/4 de litre de lait
- 3 jaunes d'oeufs
- 75 g de sucre
- 3 feuilles de gélatine (soit 6 g)
- 250 g de chocolat blanc
- 350 g de crème liquide (30% de matière grasse minimum)

Mets tes feuilles de gélatine à tremper dans de l'eau bien froide.
Fais chauffer le lait avec un peu du sucre de la recette afin qu'il n'accroche pas au fond.
Pendant ce temps, fais blanchir les jaunes et le sucre en fouettant vigoureusement.
Lorsque le lait bout, verse-en une partie sur les oeufs et le sucre, mélange puis reverse le tout dans ta casserole. Laisse chauffer sur feu doux jusqu'à ce que ton mélange nappe ta cuillère (82°C pour celles équipées d'une sonde!).
Ensuite, ajoute les feuilles de gélatine, puis, après qu'elles soient bien fondues, verse ce mélange sur le chocolat, qui aura été réduit en copeaux.
Laisse refroidir ce mélange.

Pendant ce temps, prépare ton cercle avec du biscuit que tu colleras sur les bords, et un fond, tout que tu imbiberas au sirop. Pour en faire, il te faut une quantité équivalente de sucre et d'eau, portée à simple et unique ébullition. Dedans, tu peux ou non ajouter un peu de kirsh, d'alcool de framboise ...

Après ça, et quand ton mélange au chocolat est tiède/froid, monte ta crème afin qu'elle soit ferme, et incorpore là délicatement. Coule ensuite dans ton cercle!
Ajoute à ta guise des morceaux de fruit, puis une autre couche de biscuit, et termine avec une couche bien lisse de crème.

A toi ensuite de décorer à ta convenance, pour que ce soit joli ET appétissant!



Alors, ça t'as donné envie de faire une charlotte? 



lundi 31 mars 2014

Electrique et hypnotique, le liner bleu c'est bien le mieux

J'ai du changer mille fois d'avis sur les color shock kiko, et il y a autant de creux que de bosses alors on va juste pouvoir dire qu'entre eux et moi c'est un peu un remake bas de gamme des feux de l'amour (NON NIKKIE, c'est fini, adieu).

Mais voilà, faut bien le dire comme c'est, le liner noir ça ne donne pas toujours bonne mine à un visage flétri de pâtissière défigurée de fatigue. Alors je sors l'arme fatale.
Le liner qui te détruit ta rétine, c'est lui, et de façon quasi mathématique, il te remet les yeux en face des trous et te donne la pêche visuelle.

Bon bien entendu, si tu considère que l'accumulation smokey (qui ne se voit pas trop à la photo) et liner est un combo un peu pompeux, tu peux te satisfaire uniquement d'un seul des deux. Mais je n'assure en aucun cas le résultat.

Du reste, je reste sage sur le reste du visage.





Pour faire ce maquillage anti mine grise par excellence (sans tomber dans un extrême de couleurs criardes & co) j'ai utilisé TOUT CA (même moi ça m'a impressionnée). on dirait une trousse de plombier haha.



La base UD comme d'habitude (avant de la changer pour une bio si j'en trouve une je suis d'ailleurs ouverte aux propositions indécentes), le color shock Lagoon blue, avec un mélange d'ombres à paupières Couleur Caramel et kiko (d'ailleurs, cette petite palette est top, ma maman a bien de la chance), et enfin un petit coup de liner Couleur Caramel et du blush sur mes pommettes défraîchies!


Allez, file t'électriser le regard, je retourne à mes mouchoirs, j'ai choppé la crève et mon liner ne pourra malheureusement pas détourner l'attention de mon nez bientôt rouge! 


lundi 24 mars 2014

Le carrot cake : celui qui était (bien) meilleur dedans que dehors

Si il y a bien une bloggeuse culinaire que j'apprécie beaucoup, c'est Call me cupcake. Elle parle la langue du Ikea, et pour moi, la barrière de la langue ne changera plus rien entre nous, tout est maintenant traduit en grammage français, et les photos sont une langue absolument universelle.
La charmante Linda Lomelino, propriétaire de ce chouette blog, a déjà paru deux livres, et je pestais de rage, prête à apprendre le njut, quand un jour, Ô joie, j'apprends que son livre va bientôt paraître en français.

Avoue que la couverture en jette.

Introuvable, sauf en pré commande sur amazon, autant dire que j'ai préféré attendre.

Et dans la même semaine, au détour d'Alinéa (ouai la meuf te raconte sa vie, reste assis, la suite est passionnante!) BOUM. 
Je dis avec une sorte de colère pour la propriété intellectuelle à mon chéri "c'est vraiment des putains de voleurs d'image les maisons d'édition, c'est une photo du blog call me cupcake!"
Ah mais peut-être parce que c'est son livre? Mes plus plates excuses Larousse!

Ce livre est tout bonnement sublime : les photos, les pages faites avec un papier agréable au toucher, la couverture et sa tranche rose, les recettes alléchantes (premier livre où j'aime TOUTES les recettes), des conseils prodigués sans prétention... Et ce ne sont que de superbes gâteaux, à sortir pour des anniversaires, des soirées, des occasions quoi!

Bon par contre, je vous conseille de réellement utiliser le moule qu'elle conseille au début du livre, parce que le mien était mille fois trop grand, et en plus à vrai dire, j'en avais deux tailles différentes. Au début j'ai cru que ça ne se verrait pas mais j'dois bien avouer que j'étais très déçue du rendu final du gâteau. Il était plat (évidemment, le moule était trop grand) et j'ai mis des miettes partout dans mon glaçage Je m'attendais à un truc de la mort qui tue, et la seule chose qui a été tuée c'est mon enthousiasme! Mais je précise que tout était de ma faute.


Mais ceci dit, si j'vous donne la recette, c'est bien parce que c'est le MEILLEUR carrot cake que je n'ai jamais mangé! Un goût de cannelle, des petites noix savamment dosées, fondant, pas écoeurant pour un brin...

Pour un GROS gâteau (8 à 10 personnes d'après le livre)
Recette tirée de l'ouvrage "gâteaux de rêves" de Linda Lomelino


La génoise 
- 150 g de beurre
- 3 oeufs
- 130 g de sucre en poudre
- 140 de sucre muscovado (ou à défaut du sucre de canne, on peut pas être parfait)
- 1 càc de sucre vanillé ou d'extrait de vanille
- 160 g de farine
- 2 càc de levure 
- 1/2 cuillérée à café de bicarbonate
- 1/2 càc de cannelle
- 250 g de carottes râpées
- 100 g de noix
- 150 g de compote

Faites fondre votre beurre, un peu avant de commencer la recette, car il ne faut pas qu'il soit incorporé brûlant.
Fouettez ensemble les oeufs, et les sucres. Ajoutez ensuite le beurre et la vanille.
Rajoutez encore la farine, le bicarbonate, la levure et la cannelle.
Enfin, finissez par ajouter les carottes et les noix hachées finement, ainsi que la compote de pomme.
Moulez dans deux moules à manqué (15 cm de diamètre) que vous aurez préalablement chemisé avec un papier, au moins dans le fond (ça vous évitera les accidents déplaisants).
Ensuite, si vous êtes patients et réfléchis, laissez vos génoises refroidir. Si vous êtes affreusement impatientes comme moi, et un peu stupide peut-être, alors, découpez toute de suite vos génoise en deux.

Glaçage
- 100 g de beurre ramolli (doux)
- 300 g de fromage frais, ou de mascarpone
- 175 g de sucre glaçe
- arôme de vanille

Battez bien le beurre jusqu'à ce qu'il blanchisse, puis ajoutez le fromage frais, et enfin le sucre glaçe et l'arôme vanille!

Prenez vos tranches de génoise à la carotte et mettez un peu de glaçage entre chaque couche. Terminez ensuite par le "tour" du gâteau. Et voilà, un petit tour au frais et à table!

La légende de mon carrot cake dans le titre, c'est parce que globalement, le rendu final ressemblait à un gâteau mal fichu, un peu bancal et mal glacé, parce que je n'ai attendu pour rien : ni pour la découpe de la génoise, ni pour laisser le temps au glaçage de devenir consistant...



La patience est donc une maîtresse qu'il va falloir apprendre à maîtriser .... !


Bisou carotte!