mardi 30 septembre 2014

Le stick lèvres Eco cosmetics ou l'incroyable histoire du cul entre deux chaises

Je n'ai jamais été dans cette position depuis que je fais des articles sur ce blog.
Parce que j'ai beau lister les avantages et les inconvénients, je reste mitigée. Mi figue mi pruneau d'agen raisin.

J'ai, comme toute consommatrice un budget à respecter, et des produits dont l'utilité m'oblige à les acheter. On appelle ça les besoins incompressibles. Dedans cette case, je range le soin de jour, le tonique, le shampoing, le gel douche, le dentifrice et un hydratant pour les lèvres. Pour certaines ça paraît presque préhistorique de ne conserver que ces produits dans cette catégorie, pour d'autres ça donnera l'impression que j'ai beaucoup trop d'incompressibles. Mais voilà, on est pas là pour savoir si je suis une consommatrice normale ou un monstre de consommation qui engloutit la nouveauté et dix tonnes de produits par an.

On confronte alors dans un combat comme entre deux coqs le budget et la liste des incompressibles (nb: je suis contre les combats de coq, je trouve ça méchant et en plus, maintenant dans les élevages au japon un mec a inventé des lunettes qui empêchent les coqs de voir de face et donc de se sentir aggressés par des compères ce qui fait qu'ils peuvent plus se battre et qu'ils ont l'air fashion en prime (mais bon ça coûte entre 8 et 10€ la paire)).
Bien évidemment, ce combat est un poil biaisé : le budget gagne toujours, et tu compresses comme les voitures dans une déchèterie qui ne deviennent qu'un petit carré, au point que tu te demandes si ça va être possible de compresser encore.

C'est là qu'intervient mon achat de ce petit stick Eco Cosmetics. J'suis pas à 50 centimes près en réalité, mais j'ai des périodes où je me suis sentie tellement en dèche que j'aurais limite pu faire mes courses avec un caddy full de pouces verts tellement je me sentais pauvre et vulnérable au point de perdre mon pouvoir d'achat de ma bouteille d'eau quand j'en aurais besoin.


C'est ici que commence ma quête pour savoir si ce produit est génialissime ou détestable.
On dirait un peu les feux de l'amour : parfois tu trouves Nikkie fabuleuse et pleine de féminité et de génie, et parfois tu la jèterais aux fauves et la regarderais se faire manger toute crue avec un seau de pop corn caramélisés sur les genoux.

Je l'ai d'abord choisi pour son prix : 2€20. A titre de comparaison, j'ai cru comprendre qu'un labello plein de pétrole dedans qui t'assèche la croute qui te sert de bouche coûte 1€90. Sachant que t'es obligé d'en mettre 14 fois par jour pour qu'il comble les cratères qu'il forme sur ton croupion de poule, ça revient cher à force.
Mon eco cosmetics, j'en mets le matin ou le soir (et si j'suis dingue ce jour là, j'en mets le matin ET le soir), et point à la barre. Lèvres douces à bisous pour toute la journée.

Par contre, un poin négatif, le packaging fait super cheap. Voilà, comment te dire que le tube blanc, aux bords nets comme si y'avait un ninja dans l'usine qui découpait les tubes au katana, en blanc avec étiquette blanche et écriture grise et verte, ça fait pas super féminin ni même joli. C'est juste pas joli du tout. Et moi ça me fait penser à un médicament, au mieux, à un produit ménager au pire.


Mais bon forcément je vous dis ça, mais il y a un gros point positif à ce stick : sa composition.
De l'huile d'olive, de la cire d'abeille, du beurre de cacao, de l'huile de jojoba, un actif à base de thé, du beurre de karité, du tocopherol et de l'aroma. Alors bon c'est pas parfait. Y'a de la cire d'abeille donc c'est pas vegan, et l'aroma moi je sais pas ce que c'est. Enfin si, mais là pour le coup, c'est de l'artificiel.
C'est dommage parce que t'as quand même 71,8% des ingrédients qui sont biologiques, c'est quand même beaucoup pas vrai?


Un autre point, négatif maintenant, c'est que le stick est duuuur comme ma b du béton!
En fait, la présence de beurre de cacao et de karité, qui sont solides en dessous d'une certaine température, fait que c'est vraiment pas une partie de plaisir de se tartiner les lèvres avec quand il est 4 heures et demie du matin et que tu cherches dans ton stick du réconfort. Autant aller parler à Eric (tu sais le relou qui vient me taper la tchatche dans le train alors que je veux juste mourir dormir).
Ce stick demande de l'attention : faut le laisser collé à tes lèvres quelques secondes pour qu'il se réchauffe tout contre toi et devienne suffisamment mou pour s'appliquer.
Je pense que ça deviendra un réel problème quand je n'aurai que deux glaçons à la place des lèvres en plein hiver.



Donc si comme moi tu as suivi le raisonnement, on a dit prix rikiki, packaging moche, composition chouette mais pas parfaite, et enfin, un baton qui est dur. On a égalité parfaite entre le bien et le mal (ouiii je sais le manichéisme c'est totalement dépassé, mais crotte).
Ajoute à ça que je ne saurais pas trancher pour dire si j'adore ou si je déteste l'odeur (qui est un mélange beurre de cacao et de karité, surtout), et me voilà en parfaite confusion.

J'suis pas certaine que même après avoir terminé le tube tout entier je serai fixée. Parce qu'en fait j'aime bien l'utiliser mais pas trop.

Et vous alors, ça vous est déjà arrivé de ne pas savoir si vous avez à faire à un top ou un flop?

Moi et ma confusion on vous embrasse, on retourne utiliser ce petit stick, qui, si après cette description vous tente (au pire vous m'aidez peut-être à trancher sur un aspect alors ignoré par ma personne), se vend notamment sur le site Monde Bio.
Voilà.

Délia ♥

dimanche 28 septembre 2014

Comme des bolognaises mais végétariennes (et express) !

Si je n'avais essayé que le tofu fumé au début de mon aventure végétarienne, j'ai maintenant exploré le monde du tofu avec un peu plus d'application et ai pu découvrir de délicieux alliés, me permettant de réaliser des plats "carnés" mais à la mode végétarienne!

Et en réalisant ces plats, en les faisant goûter à mon cher et tendre mangeur de viande, je me suis rendue compte que bien que ces simili carnés ne fassent pas vraiment office de viande, ils donnent un nouveau plat tout à fait délicieux, qui peut être apprécié par tous. Et si ce n'est pas ça le but de la cuisine, le rassemblement autour d'un plat pour un moment agréable, et ben moi je sais plus comment je m'appelle (déjà qu'ici je m'appelle pas comme dans la vraie vie, la triple personnalité, j'envisage pas encore!).

Je vous parlais pendant les grandes vacances du tofu rosso, délicieux froid, coupé en dés en salade avec toutes sortes d'aliments cru, et de légumineuses, mais c'était sans compter qu'il était aussi l'ami des plats chauds en sauce.

Ce qu'il y a de bien avec ce type de tofu, c'est qu'il est déjà aromatisé, assaisonné, et donc, le travail qu'on a à faire avec la viande nous a déjà été mâché.


Pour une personne :

1/2 sachet de tofu (rosso ou basilico!)
1/2 boite de tomate concassée ou bien des tomates bien mures pelées et coupées en dés
Une ou deux tiges de persil frais (ou à défaut du persil congelé, meilleur qu'en poudre)
Une portion de pâtes (complètes, blanches, à l'encre de sèche, comme vous voulez quoi ;) )
Un filet d'huile d'olive


L'étape de la barbarie : tu prends une fourchettes et tu dépiotes complètement ton tofu. OUI tu l'écrabouilles avec la vilaine à 4 dents pour n'en faire qu'un vulgaire hachis.
Ensuite, jette le dans un poêle avec un trait d'huile d'olive, ton persil finement haché et fais revenir une petite minute.
Ensuite ajoute ta tomate, et un peu d'eau si nécessaire, et couvre puis laisse mijoter une dizaine de minutes. Si usuellement c'est pour que la viande prenne toutes les saveurs de la sauce, dans ce cas précis, c'est l'inverse qu'on recherche! ;)

Avant ou pendant, fais toi cuire tes pâtes (et là pas de mystère, je ne vais pas faire une leçon haha)!


Enfin, lorsque ta portion de féculents et ta sauce sont tous les deux sur la ligne d'arrivée, compose une jolie assiette, ajoute lui un dernier trait d'huile d'olive et quelques tiges de persil frais, et si vraiment tu es un gros gourmand, un peu de fromage (végétal ou non) de parmesan, comme des vraies bolognaises quoi!


Je crois que mon chéri commence à trouver la cuisine végétarienne plus acceptable, hier au bio burger, il m'a même dit que la version Végé était bonne. C'est pas la guerre mais c'est tout de même une bataille!
Je pense que manger du tofu ne devrait pas être réservé qu'aux végétariens : après tout, ce qu'on peut faire avec est tout aussi bon et ses apports permettent de changer de la viande, au même titre qu'on mange du poisson, donc n'hésitez pas à essayer si vous n'avez jamais goûté! :)

PS: je vous donne la recette avec du tofu mais celle qui est en photo est réalisée avec du soja texturé. La raison est que cette version est bien meilleure et servira pour base d'une de mes prochaines recettes... Patience donc ;)!

Sur ce je vous souhaite un très agréable dimanche, apparemment ensoleillé au regard de la couleur bleu du ciel ...

Mille bisous

Délia ♥

vendredi 26 septembre 2014

Le sérum éclat de Floressance, il éclate tout

C'est bien connu, souvent dans l'univers de la beauté, ET surtout des soins, on a parfois du mal à ne pas perdre la tête face à la diversité de produits qui peuvent exister et chatouiller nos envies testeuses.
Parce que chaque produit sait se vendre, ou bien nous a été chaudement recommandé pour ses nombreuses qualités, difficile de rester sur des produits qui nous ont satisfaits, qu'on a beau aimer d'amour, mais qui ont perdu la saveur de la nouveauté. Ce grand frisson, ces premières utilisations, les parfois bonnes, parfois mauvaises surprises, les heures à guetter des améliorations imaginaires, ou bien à se surprendre de voir disparaître ses immondes boutons et ses ridules de fin de journée quand on sourit/fait trop la tronche.

Si je dois remonter loin dans l'historique de mes soins, je me souviens de ma peau très très cool quand j'utilisais l'huile de jojoba comme soin de nuit, un savon à l'amande douce bio pour nettoyer et puis l'aloe vera et l'hydrolat de bambou en tonique et crème de jour. Mais va savoir pourquoi, au lieu de m'y tenir, j'ai essayé déjà depuis une dizaine de produits. Même si je les ai appréciés chacun à leur juste valeur, rien n'a eu un aussi probant résultat.

Je vous parlais récemment de ma peur de la reprise du travail/école concernant ma peau. De ma peur surtout de me transformer en une pustule géante vivante, ravagée par les boutons, la fille qu'on décrypterait presque en braille, les yeux à demi clos et/ou dans le noir.
Mais malgré mes levers à des heures desquelles on ne saurait dire s'il est très tôt ou très tard pour le travail, et mes séjours à Paris dans mon école méga cool (ville qui, en plus d'être soit disant la plus belle du monde est surtout la ville qui entre number one au palmarès des endroits qui me font germer), j'ai aperçu une nette diminution de la proportion de boutons sur mon visage. Ca fait un peu statistiques foireuses, j'vous cache pas que je ne les compte pas un à un, mais le rendu final et global est en nette amélioration d'une 100 aine de pourcents.

Mais attends, je te dis ça mais crois pas que je vais te faire miroiter une peau sympa au naturel sans te donner la solution!

J'ai encore une fois complètement changé de routine : j'ai les mêmes produits, mais je ne les utilise plus pareil du tout, ni à la même fréquence.
Et puis j'ai un petit nouveau dans la bande qui travaille vraiment très très bien!

J'men vais te le présenter.
Je l'ai acheté pendant la vente privée floressance sur le site du même nom (vente privée quoi). Une misère : 3€50.
J'ai été fortement incitée par le post de Julie qui en parlait dans sa routine soin. Et j'ai pas été déçue du voyage intergalactique!
Je l'ai laissé longtemps dans le placard, mais quand je l'ai sorti ça a été une MEGA REVELATION.


C'est le sérum éclat.
(et ça tombe un peu à plat comme nom)

Le produit se présente dans une toute petite fiole de 30 ml qui tient parfaitement dans la main. Avant même de l'utiliser j'ai joué beaucoup avec la pipette, si bien que je l'ai abîmée et qu'elle ne pipe plus que les quelques gouttes préconisées par la notice.
Justement, la quantité prélevée est infime : 4 gouttes si ta peau est bien, 6 gouttes si ta peau est assoiffée tel un petit vampire en manque de globuline.
Je ne peux pas vous cacher, je trouve le flacon supra cheap et moche, il est en plastique et ça se voit au premier battement de cils. Ok il est transparent donc on voit le niveau, mais c'est vraiment pas glamour, on dirait limite les produits pour la post épilation de ma maman d'il y a dix ans.
Pour un sérum éclat des paillettes ça en aurait jeté. Promis, un jour j'arrêterai de suggérer des paillettes.


Le produit en lui-même est un mélange d'huiles essentielles et végétales : ciste, ylang-ylang, bay et immortelle, tout ça dans de l'huile végétale de jojoba, qui a des propriétés régulantes.
Combo fatal pour mes boutons et ma grise mine, j'ai retrouvé une peau super élastique, avec un teint super unifié et moins d'imperfections notables qui se sont développées depuis.
Je ne m'y attendais pas c'est fantastique. Juste fantastique. Je cherche, à la limite je pourrais même dire que c'est super fantastique.
Je prends donc les 4 gouttes de produit, pas une de plus sinon c'est trop et ça fait graisser, et roule ma poule, je me masse le visage avec, en prenant soin que ça me chauffe un peu, j'ai pas dit brûler, j'ai dit chauffer. Ca rend le moment agréable, après avoir tout bien rincé, toniqué et séché, c'est doux.
Le plus cool, c'est que le produit sent très bon, une odeur entre le fleuri et le végétal, c'est très agréable et apaisant avant d'aller faire dormir.
Quand je me lève, ma peau est toute douce. C'est une place nette. J'ai rangé mon correcteur au placard. Chômage technique pour lui.


J'ai arrêté d'utiliser ma mousse Cattier deux fois par jour, et je crois que ma peau n s'en sort pas plus mal, l'alcool présent dedans devait l'agresser et le surnettoyage n'est pas très bénéfique pour les peaux mixtes et/ou dites à problème
.
Mais bon, un équilibre c'est bien connu, c'est si facile à déséquilibrer ... Donc à quand la prochaine routine? ;)

Je vous laisse sur ces mots, et vous encourage à acheter ce sérum, qui est en ce moment même sur le site de léa nature à 4 euros (j'ai reçu la pub dans ma boite mail héhé)! Courrez-y! Bon par contre, il est pas biologique.


Des bisous mes chatons huileux

Délia ♥

mardi 23 septembre 2014

La glace vanille aux daims (en septembre aussi, c'est bien!)

Comme je le dis constamment, je suis toujours à environ dix trains de retard sur tout : l'année passée j'ai failli vous balancer la galette en avril, mais j'ai trouvé que ça faisait pas raccord avec les délires de Paques. Je me suis promis secrètement que cette année, ce sera la bonne, à noël je publierai fièrement une bûche ou des biscuits, ou quelque chose sur le thème du moment. Parce que voilà, je dois aller à confesse, mais ce que vous voyez sur le blog, ça a parfois été fait et dévoré il y a un long moment!
Tellement Long que parfois je l'avoue, je me souviens même plus comment j'ai fait.
C'est donc comme ça que des recettes partent dans les oubliettes à recettes bidouillées par Délia.
Et comme la chance du débutant ne peut arriver qu'aux débutants, quand je retente une recette à la One again, ça refait jamais pareil et c'est pas bon.

Bon cette fois, j'ai un peu triché, j'ai utilisé le livre de la toujours aussi belle, géniale, mon amoureuse de la pâtisserie, celle qui te fait des photos et qui t'invente des recettes qui te font kiffer d'avoir des yeux pour admirer ça : LINDA LOMELINO. J'ai mis le nom en très gros comme ça il va s'imprimer dans ta rétine puis dans ton cervelet et hop, quand tu penseras beaux gâteaux, tu verras imprimé dans ton crâne LINDA LOMELINO. Un peu une sorte de message subliminal, m'en veux pas, j'en glisse pas si souvent que ça.

Si son premier livre trône fièrement sur l'étagère honorifique de mes livres préférés pour ses nombreuses qualités, le deuxième opus l'a vite rejoint.
Peu importe ce qu'elle fait, dès lors qu'elle touche à un sujet, ça devient de l'or.


Si toi aussi tu as parfois été chez Ikea petite, tu as donc aussi fini dans leur épicerie suédoise, avec des as de trucs complètement bizarres que t'aurais jamais eu envie de goûter (comme les sauces de poisson dans des tubes en féraille comme la biafine, ça inspire moyen confiance), mais y'a aussi des trucs qui n'auront pas pu t'échapper. D'abord, les gâteaux aux flocons d'avoines, qui sont collés avec du chocolat, et que tu pourrais manger par cagettes entières (ils l'ont bien compris, c'est le format dans lequel c'est vendu, malins les njut guys!). Pis y'a aussi les daims. Du caramel qui croque, du chocolat au lait, et ta vie devient plus jolie.
J'admets que quand j'en mange un, je me retrouve vite sous un monticule de papiers, avec un léger regret sur les dernières poignées mangées, et une nausée qui me fait jurer que plus jamais on ne m'y reprendra (jusqu'à la prochaine fois).


Donc soyons honnêtes avec nous mêmes, si on peut admettre que toutes les recettes de ce livre ont l'air succulentes et qu'on les ferait bien toutes tant elles ont l'air simples, mon regard a définitivement vrillé quand j'ai vu "vanille daim".

Voici donc gracieusement la recette, au cas où vous seriez tentées de faire une glace : autant vous dire que vu l'arrière saison qu'on se paye, je suis presque à l'heure sur mon poste glace!


Ceci est une recette express de glace, même pas de cuisson!

Pour 500 ml de glace (soit 1/2 bac du commerce)
- 150 ml de lait
- 85 g de sucre en poudre
- 250 ml de crème liquide entière
- une demie gousse de vanille
- de l'extrait de vanille pour renforcer l'arôme (surtout si votre gousse n'est pas très charnue)
- des daims

Mélangez votre lait à votre sucre jusqu'à ce que ce dernier soit bien dissout. Ensuite ajoutez la crème et la vanille.
Si vous avez la chance d'avoir une sorbetière, heureux soyez-vous, vous n'avez plus qu'à suivre les instructions de la machine.
Le cas échéant, mettez au froid et  mélangez souvent, environ toutes les demi heures au départ, puis plus souvent, jusqu'à ce que la glace ai pris.

Soit vous aromatisez la glace dans le bac en y mélangeant avant qu'elle prenne complètement des daims écrabouillés, soit vous les concassez ensuite et en ajoutez la quantité (maximum) que vous voulez.


Et voilà, pas plus compliqué!

Alors bon, c'est une glace maison, et sans sorbetière, donc elle n'est pas ramollo/mousseuse comme les glaces carte d'or, mais y'a pas d'additif dedans, alors laissons faire la nature, et sortons simplement la petite brique du congélateur une dizaine de minutes avant de la consommer :)!



Allez, à vos congélateurs et vos cornets!

Des bisous gelés ♥

dimanche 21 septembre 2014

Prendre le temps

Cet article m'a été inspiré par mon chat. A force de la voir allongée, s'étirer, bailler, manger et dormir, je me dis que l'humain est réellement hyperactif comme être. Et c'est pas en vivant en Ile de France que ça arrange ma vision des choses, surtout quand je suis dans le métro parisien et que je me sens comme une fourmis perdue dans une fourmilière géante.


Je ne suis pas de ces personnes qui aiment lézarder. Ne rien faire est pour moi une perte de temps, un gâchis de mon inépuisable énergie.
J'ai beau parfois me plaindre d'être complètement épuisée, si j'ai du temps devant moi, je vais toujours trouver le moyen de m'inventer quelque chose à faire. Pâtisser prioritairement, et ce même si je sors du travail et donc de 7 heures à travailler la matière. Mais que voulez-vous, quand on aime on ne compte pas. Et qui dit pâtisser dit faire la recette, tout ranger, faire des photos de ma création toute fraîche. Et partager ça. Car j'aime surtout ma passion quand je la partage.
Mais si pâtisser ne me dit rien, j'ai beau être seulement sur mon ordinateur, c'est toujours faire quelque chose en soi. Pendant ce temps là, mon cerveau lit, mes mains écrivent et je n'ai pas le temps de "reposer" mes pensées, les laisser se décanter.


On dit toujours qu'il faut savoir prendre le temps de ne rien faire, mais aux vues du peu de fois dans une année que ça m'arrive, je dois être très mal dans ma vie.
Prendre le temps c'est bien, mais quand on a la sensation d'avoir toujours envie/besoin d'avancer, qu'on est sous ébullition constante de projets, c'est si difficile de prendre le temps d'en perdre.


Mais prendre le temps ça veut dire quoi?
Ca veut dire s'asseoir, sur le canapé, regarder les mouches voler (ah bah non, c'est faire quelque chose ça!)?
Ou s'allonger dans l'herbe et sentir le vent sur sa peau?


Et si prendre le temps était vraiment une notion différente pour chacun?
Si prendre le temps c'était simplement prendre le temps de s'ouvrir, de laisser ses sens libres de recevoir tout ce que peut nous offrir ce qui nous entoure? Si prendre le temps c'était de s'émouvoir d'un enfant mignon dans le train, de s'émerveiller devant la lune pleine et lumineuse, le lever du soleil et ses magnifiques couleurs, de sentir le temps qui passe pendant un trajet qu'on n'a pas le choix de faire, et savourer ces minutes qui nous échappent lentement.
Prendre le temps de savourer un long et doux baiser, d'entendre le souffle de son amoureux quand il s'endort paisiblement, écouter le ronron régulier et rassurant de son chaton d'amour.
Prendre le temps de savourer un rayon de soleil à la sortie du bureau qui donne l'impression de nous avoir toujours attendu, de sentir l'odeur des viennoiseries aux abords d'une boulangerie, et sourire au souvenirs de petits déjeuners en famille qu'elle nous évoque.
Prendre le temps d'interpréter la vie et ses signes, les petites joies, les petites peines, et de toutes les transformer en une expérience, un moment intense et unique, ressenti dans chaque parcelle de nous même, comme si c'était le dernier instant, le dernier souffle.

Si prendre le temps c'était simplement prendre le temps d'écouter son coeur, le remplir, pour qu'il survive au quotidien morose et toujours trop rapide?


La vie est si courte, alors prenons simplement le temps de la dévorer à pleines dents, de la contempler, sans s'arrêter, mais en lui redonnant toute sa valeur.
Car même si ça peut paraître étrange de terminer un article avec ce titre de cette façon, la vie peut s'arrêter n'importe quand, alors autant s'assurer qu'à chaque seconde, si l'on devait disparaître, chaque instant aurait été vécu au mieux, aussi bien dans la peine que dans la joie.


Et je trouve que vraiment, rien de mieux que des chats, mes deux amours Myrtille et Nova, pour illustrer cet article, car ils ont vraiment tout compris quand ils s'agit de savourer chaque instant, de la saveur de leurs croquettes, en passant par les rayons du soleil dans lesquels ils se baignent, jusqu'au caresses qu'on voudra bien leur offrir.


Et vous, vous prenez souvent le temps?

Je vous embrasse fort, et Myrtille vous envoie tout un tas de léchouilles.

Délia ♥



mercredi 17 septembre 2014

Wonder Mermaid


J'ai souvent des discussions (passionnées) avec mon entourage sur le portabilité des couleurs sur les yeux, je n'y ai pas coupé avec la rentrée à l'école cette semaine.
Qui dit nouveaux camarades dit apprendre à se connaître.
Le premier jour ils ont trop rien dit, peut-être un peu méfiants, mais le lendemain j'ai eu droit à la typique "mais, attends, tu vas nous faire une couleur différente tous les jours?". Bah ouai
Parce que j'aime les couleurs et qu'à force, je les ai toutes en fards.
Et que j'ai aussi des vêtements de toutes les couleurs.
Comme j'aime assortir mon fard à mes vêtements, même si parfois je vous cache pas que le rouge j'évite selon la mine que je me tire, c'est une myriade de couleurs qui transite par mes paupières, suscitant toujours de vifs intérêts et débats.
Pour moi, c'est une façon comme une autre de colorer mon monde, mettre de la fantaisie dans mon quotidien, m'amuser.


Quand mon pinceau s'affaire, il arrive que parfois, ce soit lui qui décide. Frénétiquement il dépose des touches de couleurs.
Abonnée aux dégradés bien sages sur la paupière (dont je commençais secrètement à me lasser), il a pourtant décidé cette fois-ci de tenter quelque chose de nouveau, totalement inédit!
Et comme c'était joli, subitement, une pluie de paillette aroma zone sont venues se greffer au portrait.

Le résultat est très doux et féerique, un peu moins coloré qu'à mon habitude mais non pas moins pailleté et que j'ai finalement peu de chances de retrouver sur quelqu'un d'autre.



D'ailleurs, petite aparté mais j'ai l'impression qu'en dehors de la blogosphère, beaucoup de filles n'ont jamais touché un pinceau pour les yeux, car nombreuses sont celles qui se contentent de mascara et/ou de crayon et liner (parfois très mal mis d'ailleurs, j'ai les yeux qui me piquent) et m'avouent qu'elles n'ont même pas de fards de couleur. Avant même de savoir me maquiller j'avais déjà tout l'arc-en-ciel en petits pots, suis-je une exception ?!


Le regard des personnes extérieures à ma vie est encore différent. J'avais un prof de pâtisserie l'année dernière qui n'appréciait pas mes extravagances de fards à paupières, mais qui n'avait pas l'air perturbé par d'autres filles qui se maquillaient beaucoup plus mais avec moins de couleurs.
Tout pareil dans les transports où parfois je me fais dévisager par des vieilles un peu aigries qui portent du rouge à lèvre rose argenté sur leurs lèvres toutes rabougries.



Alors moi je finis par me demander si c'est bien légal de se maquiller coloré, j'voudrais pas finir embarquée par la police.



LA COULEUR C'EST TABOU, ON EN VIENDRA TOUS A BOUT ! ;-)


Et toi alors, tu portes des couleurs? Tu les aimes chez les autres?

Bisous, paillettes et dégradés

Délia ♥