mardi 23 septembre 2014

La glace vanille aux daims (en septembre aussi, c'est bien!)

Comme je le dis constamment, je suis toujours à environ dix trains de retard sur tout : l'année passée j'ai failli vous balancer la galette en avril, mais j'ai trouvé que ça faisait pas raccord avec les délires de Paques. Je me suis promis secrètement que cette année, ce sera la bonne, à noël je publierai fièrement une bûche ou des biscuits, ou quelque chose sur le thème du moment. Parce que voilà, je dois aller à confesse, mais ce que vous voyez sur le blog, ça a parfois été fait et dévoré il y a un long moment!
Tellement Long que parfois je l'avoue, je me souviens même plus comment j'ai fait.
C'est donc comme ça que des recettes partent dans les oubliettes à recettes bidouillées par Délia.
Et comme la chance du débutant ne peut arriver qu'aux débutants, quand je retente une recette à la One again, ça refait jamais pareil et c'est pas bon.

Bon cette fois, j'ai un peu triché, j'ai utilisé le livre de la toujours aussi belle, géniale, mon amoureuse de la pâtisserie, celle qui te fait des photos et qui t'invente des recettes qui te font kiffer d'avoir des yeux pour admirer ça : LINDA LOMELINO. J'ai mis le nom en très gros comme ça il va s'imprimer dans ta rétine puis dans ton cervelet et hop, quand tu penseras beaux gâteaux, tu verras imprimé dans ton crâne LINDA LOMELINO. Un peu une sorte de message subliminal, m'en veux pas, j'en glisse pas si souvent que ça.

Si son premier livre trône fièrement sur l'étagère honorifique de mes livres préférés pour ses nombreuses qualités, le deuxième opus l'a vite rejoint.
Peu importe ce qu'elle fait, dès lors qu'elle touche à un sujet, ça devient de l'or.


Si toi aussi tu as parfois été chez Ikea petite, tu as donc aussi fini dans leur épicerie suédoise, avec des as de trucs complètement bizarres que t'aurais jamais eu envie de goûter (comme les sauces de poisson dans des tubes en féraille comme la biafine, ça inspire moyen confiance), mais y'a aussi des trucs qui n'auront pas pu t'échapper. D'abord, les gâteaux aux flocons d'avoines, qui sont collés avec du chocolat, et que tu pourrais manger par cagettes entières (ils l'ont bien compris, c'est le format dans lequel c'est vendu, malins les njut guys!). Pis y'a aussi les daims. Du caramel qui croque, du chocolat au lait, et ta vie devient plus jolie.
J'admets que quand j'en mange un, je me retrouve vite sous un monticule de papiers, avec un léger regret sur les dernières poignées mangées, et une nausée qui me fait jurer que plus jamais on ne m'y reprendra (jusqu'à la prochaine fois).


Donc soyons honnêtes avec nous mêmes, si on peut admettre que toutes les recettes de ce livre ont l'air succulentes et qu'on les ferait bien toutes tant elles ont l'air simples, mon regard a définitivement vrillé quand j'ai vu "vanille daim".

Voici donc gracieusement la recette, au cas où vous seriez tentées de faire une glace : autant vous dire que vu l'arrière saison qu'on se paye, je suis presque à l'heure sur mon poste glace!


Ceci est une recette express de glace, même pas de cuisson!

Pour 500 ml de glace (soit 1/2 bac du commerce)
- 150 ml de lait
- 85 g de sucre en poudre
- 250 ml de crème liquide entière
- une demie gousse de vanille
- de l'extrait de vanille pour renforcer l'arôme (surtout si votre gousse n'est pas très charnue)
- des daims

Mélangez votre lait à votre sucre jusqu'à ce que ce dernier soit bien dissout. Ensuite ajoutez la crème et la vanille.
Si vous avez la chance d'avoir une sorbetière, heureux soyez-vous, vous n'avez plus qu'à suivre les instructions de la machine.
Le cas échéant, mettez au froid et  mélangez souvent, environ toutes les demi heures au départ, puis plus souvent, jusqu'à ce que la glace ai pris.

Soit vous aromatisez la glace dans le bac en y mélangeant avant qu'elle prenne complètement des daims écrabouillés, soit vous les concassez ensuite et en ajoutez la quantité (maximum) que vous voulez.


Et voilà, pas plus compliqué!

Alors bon, c'est une glace maison, et sans sorbetière, donc elle n'est pas ramollo/mousseuse comme les glaces carte d'or, mais y'a pas d'additif dedans, alors laissons faire la nature, et sortons simplement la petite brique du congélateur une dizaine de minutes avant de la consommer :)!



Allez, à vos congélateurs et vos cornets!

Des bisous gelés ♥

dimanche 21 septembre 2014

Prendre le temps

Cet article m'a été inspiré par mon chat. A force de la voir allongée, s'étirer, bailler, manger et dormir, je me dis que l'humain est réellement hyperactif comme être. Et c'est pas en vivant en Ile de France que ça arrange ma vision des choses, surtout quand je suis dans le métro parisien et que je me sens comme une fourmis perdue dans une fourmilière géante.


Je ne suis pas de ces personnes qui aiment lézarder. Ne rien faire est pour moi une perte de temps, un gâchis de mon inépuisable énergie.
J'ai beau parfois me plaindre d'être complètement épuisée, si j'ai du temps devant moi, je vais toujours trouver le moyen de m'inventer quelque chose à faire. Pâtisser prioritairement, et ce même si je sors du travail et donc de 7 heures à travailler la matière. Mais que voulez-vous, quand on aime on ne compte pas. Et qui dit pâtisser dit faire la recette, tout ranger, faire des photos de ma création toute fraîche. Et partager ça. Car j'aime surtout ma passion quand je la partage.
Mais si pâtisser ne me dit rien, j'ai beau être seulement sur mon ordinateur, c'est toujours faire quelque chose en soi. Pendant ce temps là, mon cerveau lit, mes mains écrivent et je n'ai pas le temps de "reposer" mes pensées, les laisser se décanter.


On dit toujours qu'il faut savoir prendre le temps de ne rien faire, mais aux vues du peu de fois dans une année que ça m'arrive, je dois être très mal dans ma vie.
Prendre le temps c'est bien, mais quand on a la sensation d'avoir toujours envie/besoin d'avancer, qu'on est sous ébullition constante de projets, c'est si difficile de prendre le temps d'en perdre.


Mais prendre le temps ça veut dire quoi?
Ca veut dire s'asseoir, sur le canapé, regarder les mouches voler (ah bah non, c'est faire quelque chose ça!)?
Ou s'allonger dans l'herbe et sentir le vent sur sa peau?


Et si prendre le temps était vraiment une notion différente pour chacun?
Si prendre le temps c'était simplement prendre le temps de s'ouvrir, de laisser ses sens libres de recevoir tout ce que peut nous offrir ce qui nous entoure? Si prendre le temps c'était de s'émouvoir d'un enfant mignon dans le train, de s'émerveiller devant la lune pleine et lumineuse, le lever du soleil et ses magnifiques couleurs, de sentir le temps qui passe pendant un trajet qu'on n'a pas le choix de faire, et savourer ces minutes qui nous échappent lentement.
Prendre le temps de savourer un long et doux baiser, d'entendre le souffle de son amoureux quand il s'endort paisiblement, écouter le ronron régulier et rassurant de son chaton d'amour.
Prendre le temps de savourer un rayon de soleil à la sortie du bureau qui donne l'impression de nous avoir toujours attendu, de sentir l'odeur des viennoiseries aux abords d'une boulangerie, et sourire au souvenirs de petits déjeuners en famille qu'elle nous évoque.
Prendre le temps d'interpréter la vie et ses signes, les petites joies, les petites peines, et de toutes les transformer en une expérience, un moment intense et unique, ressenti dans chaque parcelle de nous même, comme si c'était le dernier instant, le dernier souffle.

Si prendre le temps c'était simplement prendre le temps d'écouter son coeur, le remplir, pour qu'il survive au quotidien morose et toujours trop rapide?


La vie est si courte, alors prenons simplement le temps de la dévorer à pleines dents, de la contempler, sans s'arrêter, mais en lui redonnant toute sa valeur.
Car même si ça peut paraître étrange de terminer un article avec ce titre de cette façon, la vie peut s'arrêter n'importe quand, alors autant s'assurer qu'à chaque seconde, si l'on devait disparaître, chaque instant aurait été vécu au mieux, aussi bien dans la peine que dans la joie.


Et je trouve que vraiment, rien de mieux que des chats, mes deux amours Myrtille et Nova, pour illustrer cet article, car ils ont vraiment tout compris quand ils s'agit de savourer chaque instant, de la saveur de leurs croquettes, en passant par les rayons du soleil dans lesquels ils se baignent, jusqu'au caresses qu'on voudra bien leur offrir.


Et vous, vous prenez souvent le temps?

Je vous embrasse fort, et Myrtille vous envoie tout un tas de léchouilles.

Délia ♥



mercredi 17 septembre 2014

Wonder Mermaid


J'ai souvent des discussions (passionnées) avec mon entourage sur le portabilité des couleurs sur les yeux, je n'y ai pas coupé avec la rentrée à l'école cette semaine.
Qui dit nouveaux camarades dit apprendre à se connaître.
Le premier jour ils ont trop rien dit, peut-être un peu méfiants, mais le lendemain j'ai eu droit à la typique "mais, attends, tu vas nous faire une couleur différente tous les jours?". Bah ouai
Parce que j'aime les couleurs et qu'à force, je les ai toutes en fards.
Et que j'ai aussi des vêtements de toutes les couleurs.
Comme j'aime assortir mon fard à mes vêtements, même si parfois je vous cache pas que le rouge j'évite selon la mine que je me tire, c'est une myriade de couleurs qui transite par mes paupières, suscitant toujours de vifs intérêts et débats.
Pour moi, c'est une façon comme une autre de colorer mon monde, mettre de la fantaisie dans mon quotidien, m'amuser.


Quand mon pinceau s'affaire, il arrive que parfois, ce soit lui qui décide. Frénétiquement il dépose des touches de couleurs.
Abonnée aux dégradés bien sages sur la paupière (dont je commençais secrètement à me lasser), il a pourtant décidé cette fois-ci de tenter quelque chose de nouveau, totalement inédit!
Et comme c'était joli, subitement, une pluie de paillette aroma zone sont venues se greffer au portrait.

Le résultat est très doux et féerique, un peu moins coloré qu'à mon habitude mais non pas moins pailleté et que j'ai finalement peu de chances de retrouver sur quelqu'un d'autre.



D'ailleurs, petite aparté mais j'ai l'impression qu'en dehors de la blogosphère, beaucoup de filles n'ont jamais touché un pinceau pour les yeux, car nombreuses sont celles qui se contentent de mascara et/ou de crayon et liner (parfois très mal mis d'ailleurs, j'ai les yeux qui me piquent) et m'avouent qu'elles n'ont même pas de fards de couleur. Avant même de savoir me maquiller j'avais déjà tout l'arc-en-ciel en petits pots, suis-je une exception ?!


Le regard des personnes extérieures à ma vie est encore différent. J'avais un prof de pâtisserie l'année dernière qui n'appréciait pas mes extravagances de fards à paupières, mais qui n'avait pas l'air perturbé par d'autres filles qui se maquillaient beaucoup plus mais avec moins de couleurs.
Tout pareil dans les transports où parfois je me fais dévisager par des vieilles un peu aigries qui portent du rouge à lèvre rose argenté sur leurs lèvres toutes rabougries.



Alors moi je finis par me demander si c'est bien légal de se maquiller coloré, j'voudrais pas finir embarquée par la police.



LA COULEUR C'EST TABOU, ON EN VIENDRA TOUS A BOUT ! ;-)


Et toi alors, tu portes des couleurs? Tu les aimes chez les autres?

Bisous, paillettes et dégradés

Délia ♥


lundi 15 septembre 2014

Le mascara le plus cool de la terre entière, naturel et signé couleur caramel !

Il existe presque autant de mascaras que de filles. Et c'est bien comme ça, puisque personne n'a les mêmes exigences les concernant!
Et pour trouver le bon, pas de mystère, faut en essayer un paquet (évite de faire ça pour trouver l'Homme, ça va faire jaser sinon, j'te préviens).

Mon tout premier venait de chez Yves Rocher : c'est la première enseigne que j'ai fréquenté, en achetant d'abord leur parfum entêtant à la vanille, puis en collectionnant leurs miniatures de gel douche, puis enfin, leurs vernis. Je n'ai pas acheté beaucoup mais tout le monde le sait, chez Yves Rocher, parfois tu repars avec plus de cadeaux que d'achats. C'est donc tout naturellement qu'en achetant un crayon noir (période panda/gothique/emo sur laquelle nous ne nous arrêterons pas aujourd'hui) à 1€75, j'ai obtenu un cadeau d'une valeur de 17€ : le mascara volume.
Je l'ai bien aimé. Mais à ce prix là, trop cher pour moi à l'époque.

Ont ensuite défilé sans grande considération de ma part tous les mascaras que ma maman achetait : Maybelline pour la plupart, en tous les cas, des marques de grande distribution (et ça tombe bien le luxe ne m'a jamais attirée).
Et toujours ce waterproof qui me faisait m'arracher les cils au démaquillage, qui devenait la corvée la plus insupportable de la journée (plus encore que survivre à ma crise d'adolescence, c'est dire!).

Entre deux, je ne me souviens pas du tout ce que j'ai pu porter, mais le fait est que je suis passée du coté green de la force, et que j'ai fini par succomber au mascara benecos en noir. Pour son prix principalement, car en bio, pas toujours facile de trouver du bon marché !
Je l'aime beaucoup, il sépare bien les cils sans jamais faire de paquets, mais voilà il a un résultat très naturel, ce qui fait que quand tu fais la zumba des couleurs sur tes paupières et ben on dirait que tes cils sont partis en vacances sans laisser de nouvelles, et qu'ils ne comptent pas revenir ni même t'envoyer une carte postale avec un chat portant des lunettes de soleil.

Quand je travaillais encore (il y a donc une bonne année), j'avais fait une commande 100% couleur caramel, et j'y avais inclus un mascara de la série limitée "rétro tout chaud", dont le packaging est à mourir de beauté avec ses cerfs qui sautillent sur un vert tendre. Toujours cartonné, un toucher très très agréable, un tube très long qui promet de belle applications (ou de sécher très vite avant d'avoir tout utilisé, à vous de me dire).


La brosse est touffue, comme je les aime (pardon à celles qui aiment les brossent à crans), et pratique pour appliquer le produit.


Alors par contre, venons-en aux faits, le mascara a beau être une bombe fatale, il fait très très facilement des paquets. Alors quand on sort la brosse, faut pas hésiter à la brosser Martine contre le tube pour retirer l'excédent. J'ai remarqué qu'un seul passage suffit pour bien noircir et épaissir les cils, et que la surenchère a tendance à créer des paquets qu'on regrette d'avoir déposés. Jugez par vous même, je trouve que c'est amplement suffisant!


La composition, elle, est à 99% d'origine naturelle, avec des cires et résines qui ont des propriétés protectrices, nourrissantes et réparatrices, on trouve d'ailleurs du beurre de karité. Le produit pour sûr, est très doux pour les yeux, moi qui suis plutôt sensible de ce coté là, je ne ressemble pas à un lapin russe à la fin de la journée, big good point quand je ne mets que ça pour m'agrandir le regard d'oeil de poisson (important quand on se lève à 4 heures et qu'on n'a pas trop envie de ressembler à quelqu'un qui vient de se maquiller pendant 3 heures, mais pas non plus envie de penser à la pendaison en se voyant dans un reflet tout à fait fortuitement).
Son odeur ressemble à celle d'un mascara bio, indescriptible, "naturelle" donc pas au goût de toutes, mais moi je l'aime bien. Ca sent un peu la cire d'abeille.


Enfin, ce mascara n'est pas waterproof (d'ailleurs c'est très difficile d'en trouver du bio waterproof, il me semble que ça n'existe pas même, ça doit être un ingrédient affreux qui rend les trucs waterproofs), mais il tient très bien à la chaleur, à la journée en général.
J'ai pleuré une fois avec, si on ne se frotte pas les yeux il ne coule pas à proprement parler, il forme seulement un petit paquet de noir au coin externe de l'oeil, donc on essuie et on est reparti pour un tour.
Après si tu vas à la piscine avec, prévois un sac en carton pour éviter d'effrayer les mômes avec tes yeux façon pleurs de pétrole/sorcière.


Je suis très très très satisfaite de ce petit mascara, parce qu'il remplit toutes mes exigences : packaging parfait, tenue très cool, rendu extra, composition très chouette.
Son unique défaut est son prix : j'ai eu le mien à - 70% car il s'agissait des dernières pièces de l'édition limitée, mais les mascaras couleur caramel se vendent à 17€50. Si l'on ne connaît pas la qualité de la chose ça peut refroidir, mais je pense que dès que le mien sera terminé (c'est à dire dans un bon 6 mois), je l'achèterai de nouveau. Avec peut-être le benecos sous le coude, pour les jours où je cherche moins à pétiller du regard et que je voudrai vraiment faire du nude nude.

En tous les cas, je ne peux que vous le conseiller, car c'est vraiment vraiment un produit CHOUETTE, qui vous fera sentir comme une biche qui sort dîner avec son amant.

Et vous alors, un mascara fétiche? Pas d’œil de biche at all?

Je vous embrasse très fort (et bats des cils tendrement pour vous charmer)

Délia ♥

dimanche 14 septembre 2014

Nouilles chinoises dans leur bain de thé vert menthe et leurs copains les petits légumes au tofu !

Dans certaines familles, la world food est quasi religieuse. Samedi sushi, restaurant chinois à volonté, thaï food, chili en famille ...
Chez moi c'est très différent : je n'avais jamais mangé un sushi avant de mettre moi même un pied dans un restaurant japonais, et j'ignorais tout des nouilles chinoises sautées aux petits légumes avant qu'on me traîne dans un restaurant chinois.
Mes à priori ont fini par s'estomper (et ma peur des intoxications alimentaires avec les restaurants chinois demeure, elle haha) et laisser place à une curiosité sympathique.


Je suis maintenant attirée par des mélanges de saveurs et des ingrédients que je ne connaissais pas avant. Le jeu des épices, les fumets inconnus.
Je pense que ça a autant à voir avec ma végétalisation qu'avec ma moins récente ouverture sur la cuisine du monde.
C'est d'ailleurs très étrange d'observer cette délimitation entre peuples.
Certaines cuisines me sont encore inconnues et m'intriguent au plus haut point. Celles de l'Afrique par exemple est apparemment délicieuse, mais il n'est pas évident de trouver des restaurants de spécialités de ce pays (sauf à Paris où je vais peu)! 


Je n'ai aucune connaissance sur aucune cuisine, et je pense que partout dans le monde, la cuisine ne s'exporte que partiellement. Il n'y a qu'à voir les restaurants japonais : les sushis, sashimis et yakitori sont loin d'être leur seul nourriture, il n'y a qu'à goûter leurs ramen ou leurs riz aromatisés pour comprendre que ce n'est qu'une réduction de leur art culinaire, bien plus savoureux et varié!
Chaque cuisine s'exporte donc, déformée par les coutumes des pays dans lesquels elles s'installent. Pour saisir toute la variété, toutes les saveurs, à mon sens il n'y a qu'un moyen : partir et découvrir sur place en évitant les clichés touristiques. Je n'ai pas eu l'occasion de le faire et je sais que dans certains pays, la tourista nous guette, mais nul autre moyen d'en saisir toute la flaveur!
Ce serait comme réduire la cuisine française à un boeuf bourguignon ou la Belgique à des frites!

D'ailleurs, la nationalité finit par s'estomper : tout le monde part partout dans le monde! Les cuisines comme les hommes apprennent à se connaître, à se côtoyer, à s'aimer, et à s'unir!
Avec en plus de ça la montée des alimentations alternatives (végétarisme par exemple (non j'suis pas du tout vendue haha)), les limites finissent par s'estomper encore un peu plus, au profit d'une nouvelle cuisine, empreinte aussi bien des traditions que des changements de moeurs.
N'est-ce pas sa capacité à s'adapter dans le temps qui en fait, dans le passé comme de nos jours un art très prisé et si fascinant?:-)


J'ai décidé moi même d'imaginer un plat avec des saveurs que je trouve coller à l'idée que je me fais des pays asiatiques. Pour les vrais ce ne sera qu'une risible caricature, alors n'hésitez pas à venir me voir pour me taper et/ou m'apprendre un vrai plat de là bas! :D


J'ai encore ici utilisé un des ingrédients de ma vitabox, l'infusion menthe/thé vert. A boire à la bouteilles, j'aurais eu du mal avec l'amertume du thé vert dont je ne suis pas une fan absolue, mais qui pour sûr, aurait ravi les vrais fans de thé vert!

Nouilles aux petits légumes 

- 1/2 oignon (ou 1 entier s'il est petit)
- 2 carottes
- quelques belles feuilles de chou chinois
- 1 petite bouteilles d'infusion vitabio menthe thé vert (ou une infusion maison de menthe et thé vert!)
- Sel, poivre, curcuma, coriandre moulue
- sésame
- huile d'olive
- nouilles
- 125 g de soja nature
- sauce soja pour assaisonner


Commencez par détailler de très petits morceaux avec vos oignons, et les faire revenir dans de l'huile d'olive à  feu moyen. Quand ils sont devenus translucides, ajoutez vos carottes coupées selon votre envie de croquant ou non en petits dés ou en lamelles, avec le chou détaillé en lamelles et le soja détaillé en petits cubes.
Faites revenir quelques minutes, versez votre infusion et salez, poivre, puis ajoutez une cuillère à café de curcuma et de coriandre!
Faites bouillir et ajoutez vos nouilles, puis coupez le feu et laissez cuire les 3 minutes!
Enfin ajoutez quelques cuillères de sésame et mettez vos nouilles dans de jolis bols! 
Ajoutez un trait de sauce soja dans chaque bol et dégustez, avec des jolies baguettes! :)


J'ai mangé ces nouilles un midi, en tant que repas, j'ai trouvé ça un peu léger, alors autant les réserver pour un soir d'hiver, c'est chaud et léger, parfait pour nourrir sans "blinder" un estomac qui se prépare à aller se coucher! :-)


Et vous alors, vous mangez souvent des plats du monde? Une cuisine qui vous plaît plus que les autres? :-)

Milles bisous, chapeau chinois turlututu!

Délia ♥


jeudi 11 septembre 2014

Quand l'industrie cosmétique nous ment #2 : t'inquiètes, c'est hypoallergénique !

Même si je suis maintenant très loin de mes premiers constats en matière de cosmétiques, et donc très très loin de mon indignation très spontanée et presque mignonne de mon premier article sur le greenwashing, j'ai eu envie de rigoler un peu et de vous parler d'un autre truc que les industriels cosmétiques font pour nous prendre pour des nuggets.
Parce qu'ici aussi, l'industrie cosmétique se joue de la naïveté de la cliente pour lui faire acheter un produit pour ses qualités rassurantes, qui sont en fait de la poudre aux yeux. Une bonne bombe lacrymogène.

Tu es au rayon gel douche. Tu vois le super Cadum. Le gel douche qui pue le savon à trois kilomètres (mais sans savon, c'est écrit dessus), qui ne dit pas hypoallergénique (du moins pas toute sa gamme) mais qui te baratine en te parlant de peau sensible. Ma soeur faisait des crises d'urticaire à cause du stress pendant un moment. Elle ne jurait que par le cadum. C'est d'ailleurs toujours le cas (pourquoi diable cette odeur? Pitié!).
Mais quand tu retournes le flacon et que tu lis les ingrédients : ça loupe pas, exactement la même composition que les autres gels douches! C'est à dire des tensioactifs bien vénère de la vie qui t'agressent comme une grand-mère qui te pique ta place à la caisse chez Carrouf.
Effet placebo seulement donc? En tous les cas c'est pas la composition "sans savon" (t'as déjà vu du savon dans des gels douches toi? Sans blague!) qui va y changer quelque chose.

Mais le plus drôle, c'est de voir fleurir cette mention absolument partout : du mascara, en passant par les soins de parapharmacie, par les gels douches, les crèmes.


La définition brute veut simplement dire que c'est moins susceptible de provoquer des allergies.
Ah donc les parfums de synthèse, les tensioactifs et les parabens ça provoque peu d'allergies? Cette bonne blague ma Lucette! ;-)

Seulement voilà, va pas croire que cette mention veut dire quelque chose en plus d'être utilisée à tord et à travers.

Tout comme testé sous contrôle dermatologique. Ca veut juste dire qu'un panel (combien de pékins?) de volontaires (objectifs donc hein, comme les bloggueuses qui aiment systématiquement tous les produits envoyés par les marques!), ont eu un patch collé sur le bras 48 heures avec le produit en question. S'ils ne perdent pas leur bras c'est bon signe. (je blague mais c'est quand même hautement subjectif). D'ailleurs, le médecin/scientifique qui teste dermatologiquement le produit peut tout aussi bien être indépendant que ... salarié de la marque qui teste son produit. Je vous laisse juger par vous même.

Hypoallergénique, ça veut seulement dire que voilà, ils ont tenté de retirer les produits jugés à fort potentiel allergisant. Jugés par qui? On ne sait pas. Visiblement c'est au bon vouloir du fabriquant.
C'est uniquement une mention pour appâter le client qui n'est pas du tout encadrée par la loi. C'est rassurant, c'est hypoallergénique.
D'ailleurs les lingettes pour bébé qui trônent dans mes toilettes sont aussi hypoallergéniques et testées sous contrôle dermatologique. C'est bien. Avec du parafinum liquidum et de l'edta bébé il va tout casser, et dame nature aussi.


Donc ben puisque apparemment rien ne m'en empêche, j'ai décidé de décréter ce blog hypoallergénique et testé sous contrôle dermatologique!


Et toi tu es sensible à ces mentions? Tu savais que c'était du flan?

Des bisous

Délia ♥