mercredi 19 novembre 2014

Makeup menthe chocolat avec la Original palette de sleek

Je sais que je prêche sans cesse les produits bio et naturels, mais comme tout le monde, y'a des trucs sur lesquels je suis pas encore prête à lâcher du leste.
Je ne conçois plus de m'étaler une crème bourrée de silicones, de résidus pétrochimiques et de parfums synthétiques, MAIS j'accepte joyeusement d'utiliser des fards à paupières bien chimiques.
Une sorte de dualité de ma personnalité t'vois?
Tout comme je ne conçois plus (sauf produits à terminer) d'acheter un rouge à lèvres non bio. Parce que bouche = estomac = corps. Nieté, pas de plomb dans mon bidon!

Si j'accepte de me laisser prendre à ce jeu, c'est parce que le maquillage n'est pas un soin, et que je me démaquille minutieusement chaque soir. 
C'est pas une excuse pour autant, et je sais moi même que ça me bousille les yeux (si bien que parfois ma propre mère me demande sur ce ton que tu connais peut-être, entre l'accusation et l'inquiétude "T'as pleuré?"), mais j'aime trop les couleurs, et je continue à trouver que les fards bio ne possèdent pas souvent les couleurs qui m'attirent (càd tout ce qui brille de mille feux et qui est super pigmenté).
Faudrait que je creuse un peu de ce coté là, mais j'avoue que les prix me freinent carrément. 

Sleek est parfois revendu chez Sephora. Jusque là je pensais que c'était un mythe.
Et en fait, non. Ils vendent vraiment du Sleek chez sephora, genre une fois tous les 10 ans quand les planètes sont dans un alignement parfait et que les loups hurlent à la mort dans les collines! (et que les canards se cachent dans les parkings sous terrains en plein milieu de la nuit, un jour je vous raconterai cette histoire, vous ne verrez plus jamais les canards pareil vous non plus).

Ce jour-là, gros coup de chance, il y avait la "au naturel" qui ne m'intéresse pas du tout, forcément, c'est que des couleurs nude, une sorte de dupe de la naked, et moi, ça, DONT NEED. Mais y'avait aussi la Original.





Mais la original mon p'tit, woulala. Que des fards irisés. Déjà.
Sauf le noir mais ça compte pas.
Des couleurs originales (merci, c'est le nom de la palette), d'autres moins.
Le gros point noir, c'est que les couleurs sont très loin d'être égales en termes de pigmentation.
Y'en a qui réagissent comme si mon pinceau était l'ennemi number one. Pas moyen de faire adhérer un milli centième de micromètre de gramme de matière.
J'ai tenté de mouiller le pinceau, ça m'a créé une sorte de coque protectrice, maintenant impossible de prélever quoi que ce soit sec ou mouillé, j'envisage le marteau et le burin. C'est surtout le cas du cuivré (dommage c'était mon préféré) mais les autres couleurs sont très intenses (autant qu'un regard de l'acteur de Patrick Jane ou un bon pipi en rentrant du boulot).
Regardez donc mon magnifique avant-main.


L'énorme  point positif de cette palette, c'est que toutes les couleurs vont toutes ensemble par paire. Enfin presque toutes. Mais ce que je veux dire, c'est qu'on peut envisager un bon paquet de makeups avec, sans se retrouver avec 3 combinaisons qui vont bien en tout et pour tout.





Le noir présent dans la palette permet de se faire un smoky rapide avec une des autres couleurs de la palette sans se casser la nenette, et ça c'est plutôt optimal.
Il manque simplement une couleur claire pour faire office de touche lumière, parce que le jaune or tendre n'est pas vraiment un champion dans la catégorie pigmentation ou même lumination (chut, ce mot existe, tu le connais pas c'est tout).

Le dernier point fort positif, c'est qu'elle est très abordable. Alors ok, tout n'est pas irréprochable, mais pour 12€, faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties! ;-)
Par contre autant j'aime bien la sobriété de l'emballage, autant, quand j'ai mes deux palettes dans le tiroir, je n'ai aucun moyen de les distinguer. Donc j'me dis qu'heureusement que j'ai pas encore la collection, parce que comme j'ouvre toujours celle que je veux en deuxième, ça me ferait un sacré boulot de recherche le matin.

Et toi alors, t'as déjà testé les palettes sleek? T'en penses quoi?

Allez, j'file me démaquiller, j'ai un oeil qui tombe de son orbite là, il me semble que c'est pas bon signe quand il commence à sécher.
Ceci est tout à fait propre à moi même, je ne remets pas du tout en question la qualité de cette marque, qu'on soit clairs :-D

Love love

Délia ♥

lundi 17 novembre 2014

Le spray au miel de manuka, pour bichonner ton petit nez fragile pendant l'hiver!

Ah l'automne et ses gastros, rhumes et angines en tous genres ... Une période faste pour les milliards de bactéries qui peuplent notre vie de tous les jours (et surtout les barres de métro, surtout elles), avec une belle humidité, des conditions météorologiques parfaites pour que nos défenses soient amoindries, et boum.. Un beau matin, tu te lèves avec la goutte au nez et un fond de mal de gorge et tu sais déjà en ton fort intérieur que même si tu fais la prière de tous les dieux du monde et que t'enfiles trois écharpes, t'es déjà pris au piège, et tu fais ton stock de kleenex, un peu résignée.

Faut savoir que je ne suis pas particulièrement fragile, j'ai une crève tous les hivers, histoire de faire comme tout le monde, mais c'est généralement celle dont tu mets dix piges à te relever, où tu épluches les pelades de ton nez pendant une bonne semaine, et où tu perds odorat et goût (d'ailleurs t'as jamais remarqué que la première odeur quand tu sens de nouveau est toujours un truc immonde?).
Mais par contre, la nature m'a filé des polypes. Sans rentrer dans le détail, l'intérieur de mon nez, ma muqueuse donc, est très réactive, suite à des allergies, et donc elle a tendance à s'épaissir un peu trop et prendre la place qu'elle ne devrait pas. Résultat : nez bouché et rhume interminable. Une machine infernale dont il est difficile de se sortir.
Pour éviter l'inflammation et donc le cercle infernal rhume, je prenais un traitement de fond : de la cortisone par voie nasale. Seulement la voie nasale finit inexorablement dans l'estomac,et un beau jour où j'avais fini chez l'ostéo, le mec m'avait fait comprendre que mon foie était un peu gonflé, et a vite fini par faire le rapprochement avec mon traitement de fond. La cortisone c'est le genre de truc qui est très mal évacué par le corps, et donc, ça encrassait mon foie.
J'ai arrêté un moment, mais mon nez me faisait la misère.

Difficile de trouver un produit qui soit efficace contre ces fichus polypes. Alors moi, pâtissière, je passais un peu ma vie à respirer par une narine, sans goût ni odorat. SUPER PRATIQUE.
J'alternais périodes de traitements et périodes sans, jusqu'à ce qu'à chaque fois je craque et reprenne mon médicament gonfleur de foie.


Et dernièrement, va savoir, je tombe sur ce petit spray.
Ils disent spray nez et sinus. Ca me paraît tout indiqué, surtout quand ils parlent de nettoyer, purifier et protéger.
Embarqué d'office. Et essayé le soir même.

Le miel de manuka, c'est un truc dont tu as déjà du entendre vaguement parler. C'est un miel issu d'une plante, le manuka, qui est un copain de la famille du tea tree, et qui est relativement connu dans le milieu pour de nombreuses vertues.
Il est efficace sur les bactéries multi résistantes comme le staphylocoque doré (et ouai), et plus génériquement est un très bon anti bactérien. Il est également, comme la plupart des miels, cicatrisant et apaisant (donc parfait pour l'intérieur des nez délabrés).
En gros, c'est un très bon allié, aussi bien en ingestion qu'en application locale.
Il est tellement cool qu'il est très surveillé, et que son authenticité est contrôlée par des mesures en teneur d'actifs. Ouai madame.

En plus de ce miel, le spray contient de l'huile essentielle de manuka, qui est elle aussi préconisée pour prévenir et traiter les infections ORL et autres soucis cutanés comme l'eczéma.
L'eucalyptus, bien connue dans les inhalations pour dégager, rejoint le gang et est une alliée dans les cas de rhinites allergiques ... ;)
Pour terminer la fine équipe, le propolis se joint à la team, et apporte ses avantages anti infectieux, anesthésiques et anti inflamatoires.
On ne trouve rien d'étrange ou de chimique dans le produit.


Il y a aussi un peu de sel rose de l'himalaya et de l'acide citrique.

Si avec tout ça ton nez ne guérit pas, c'est qu'il vaut mieux te l'arracher.

Faut que je te dise un truc par contre, si tu détestes les sprays nasaux en général, tu HAIRAS celui-ci.
La première fois que je l'ai mis, j'ai pleuré des yeux. Le vieux réflexe de ton corps, comme quand tu t'arraches un poil de sourcil ou de nez.
C'est deux pshits, mais ça surprend, et même si tu t'y attends, même au bout d'un petit mois d'utilisation, j'ai encore les yeux qui pleurent haha.
Alors sache que voilà, c'est pas un spray pour les fillettes.

L'efficacité est au rendez-vous : malgré les températures qui baissent et certains signes avant coureurs de rhume, je n'ai pas encore eu droit au traditionnel "nez qui coule/bouché/rouge/pelé" de l'automne, et je respire bien.
Je l'utilise en préventif, le soir avant de dormir, mais comme on dit, "mieux vaut prévenir que guérir!".

Bon par contre, j'me dis que quand même, si je pouvais laisser les abeilles tranquilles ce serait mieux, mais en attendant d'avoir trouvé le remède miracle, je me dis que c'est mieux de leur piquer un peu de miel que de produire des médicaments dangereux pour ma santé et puis qui doivent certainement bien polluer la terre.


Le prix de ce produit aussi est attractif. Je payais mon traitement 16€ le mois avant et ce petit flacon ne coûte que 9€ environ (un peu moins même), et est revendu dans certains magasins bio et sur internet, par la marque comptoir & compagnies.

Je vous embrasse. Emballez vous bien dans vos écharpes!

Délia ♥
Sources : wikipédia , aroma zone

jeudi 13 novembre 2014

Aiguillettes de soja caramélisées au miel, avec courge butternut rotie et son riz basmati

Si manger végétarien est un réel plaisir, manger seule et préparer mes repas pour moi toute seule l'est moins. Revers de médaille rouillé là.
Bien sûr, ma soeur adore participer à mes trips nourriture et essayer certaines de mes créations artistiques/immondes, mais le doudou, c'est une autre paire de manches.
Si certaines d'entre vous aimeraient bien partager mes repas, sachez que celui avec lequel je vais partager mon appartement est presque monodiète à tendances carnivores.  Voyez-vous le problème?
Vous vous douterez qu'il ne s'agit pas de plats végétariens. Sauf si les lardons et le poulet sont végétariens.

Alors, je cherche désespérément des plats que je pourrais partager, dans l'optique d'un repas avec le cher et tendre (et difficile, surtout difficile) ou même des amis, sans que ce soit un plat "typiquement végétarien". On m'a souvent fait cette remarque.
"Tiens, tu manges du quinoa, c'est un truc de végétariens ça" 
ou 
"Ah ouai, y'a que les végétariens qui mangent vraiment des légumes souvent et qui supportent les lentilles et tout ces trucs (légumineuses tu veux dire?)"

Bien bien bien.

Passée cette introduction des plus savoureuses et des plus variées, place à la recette qui permettra de concilier les goûts de tout le monde, carné ou non!


J'informe d'avance que je me suis largement inspirée d'une recette de Marie Laforêt de son livre Vegan, mais que j'ai tellement modifié les ingrédients et proportions que finalement, je me voyais mal vous mettre sa recette !
Le miel a remplacé le sirop d'agave parce que je n'en avais plus chez moi (faut dire que j'ai fait brûler toute la fin de mon pot dans le four, avec mes 500 grammes de flocons d'avoine, et que ça sentait bien le cramé et que j'ai eu envie de pleurer), du coup, la recette n'est plus vegan mais végétarienne.

Si vous cherchez au détour d'un magasin bio des protéines de soja texturées de cette forme, je vous dis bon courage et en même temps, abandonnez tout de suite. Je n'en ai trouvé que chez Un monde vegan (ENCORE EUX?). Je ne les aurais jamais achetées non bio si ce n'était pas tout bonnement introuvable.

Brochette solitaire d'aiguillettes de soja caramélisées et leur accompagnement



Pour une personne esseulée (mais qui va bien manger)

1/4 de courge butternut
Sel, poivre, huile d'olive et thym
25 g de protéines de soja texturées en forme d'aiguillettes
1/2 litre d'eau bouillante
1/2 cube de bouillon de légumes bio
1/2 cuillérée à café de sauce fumée (ou de sauce soja, mais le goût ne sera pas le même!)
3 cuillère à soupe de miel ou de sirop d'agave
1 cuillère à café de sauce soja
60 g de riz

First of all ... Découpez et épluchez un quart de courge butternut. Bon courage, c'est assez dur de retirer la peau, tentez de ne pas y perdre un doigt!
Mettez ensuite les dés de courge au four, à 180°C avec de l'huile d'olive, sel et poivre avec un fond d'eau. J'y ai ajouté du thym mais c'est selon les goûts, et mieux vaut ajouter les herbes en fin de cuisson, afin qu'elles conservent leur goût.

Mettez votre riz à cuire selon vos habitudes et selon le riz choisi (ici du basmati)

Après 30 minutes de trempette pour vos aiguillettes, préparez une poêle bien chaude avec de l'huile d'olive, et faites griller des deux cotés pendant quelques minutes. Plantez les dans un bâton si vous le souhaitez, mais je trouve que la cuisson est plus savoureuse sans (dommage que je les ai plantées dans un bâton pour la majorité!) et donne un résultat plus caramélisé.


Ajoutez ensuite votre miel mélangé à la cuillère de sauce soja, et faites caraméliser des deux cotés. Soyez prudents, ça va très vite (ce qui explique les endroits brûlés chez moi, même si ça croque, c'est pas top).
Quand tout ça est terminé, vous n'avez plus qu'à servir!

*******************


Pour être honnête à la première bouchée j'ai trouvé la texture bluffante. On dirait la texture du porc, sans le goût bien évidemment.
Pour celles n'ayant jamais mangé ce type de produits, le soja texturé se présente sous cette forme, et est à réhydrater. Je le dis parce que la première fois je ne l'ai pas fait, et que ça donnait l'impression d'un muesli salé immonde. La première fois est rarement la bonne, j'te vois venir toi!
Il est grandement conseillé de l'assaisonner largement car le produit en lui même n'a aucun goût et serait bien fade.
Son grand avantage est son prix et sa capacité à se conserver très longtemps. Ca en fait, même pour les non végétariens, un produit pratique et économique, qui a les mêmes apports que la viande, sans en avoir les inconvénients (dis moi que t'as jamais jeté un steak haché qui s'est périmé à la vitesse de l'éclair dans ton dos).


La sauce fumée, quant à elle, est à doser avec précaution, car elle est très forte, mais elle donne un vrai bon goût fumé! Adeptes de ce genre de saveurs, je vous conseille de vous en procurer. Même si ça donne plus le goût Barbecue que fumé brut.

J'espère que même si vous n'êtes pas végétariens, cette recette vous donnera envie, car si ce n'est pas le cas des salades que je me fais souvent, ce plat pourra convenir aux palais des personnes qui ne sont pas habituées aux saveurs végétales.

Après tout, certains pourraient être surpris et s'ouvrir à une cuisine, très souvent montrée du doigt mais que personne n'essaye vraiment avant de le devenir : la cuisine végétarienne !

Passez une belle soirée mes pitchous.

Délia ♥



mercredi 12 novembre 2014

Quitter le nid

Voilà. L'annonce est tombée : on a l'appartement sur lequel on a flashé.
Celui refait à neuf, à dix minutes à pieds de mon travail, avec une douche à l'italienne, une cuisine avec un plan de travail en dur pour faire du chocolat, une verrière dans le salon et de la place pour deux.
Et après nos première minutes d'euphorie après la grande nouvelle, le silence s'est installé, j'ai glissé ma main dans celle de mon doudou, comme à notre habitude, et nous avons éteint la lumière pour faire face à nos pensées respectives (et doudou à son sommeil, qui l'a assommé d'un coup d'un seul).

S'en aller.


C'était comme une idée en l'air, un projet vague.
Visiter des appartements c'est rigolo, mais jusque là ça n'engageait à rien si ce n'est se balader dans des endroits, parfois vétustes, souvent au dessus de nos moyens et très jolis.

Mais là, je réalise.
Je pense à des vrais trucs importants, et en même temps à des choses si futiles que ça en devient risible.
En gros ça donne "oh mon dieu, on fait comment pour s'assurer niveau habitation?"
"Ah mais attend, faudra que j'pense à acheter des croquettes à Nova"
"Putaiiiin, faut aussi appeler pour la box internet (no comment, je suis accro). Et l'électricité."
"Est-ce qu'on va se taper dessus après avoir emménagé ensemble avec doudou?"
"Et si l'appart était hanté?"

Voilà, en gros.
Ca et à peu près 10 000 autres questions, plus celles qui arrivent au fur et à mesure.


Dans 15 jours, j'emménage, chez moi, comme une grande.
Sans ma maman et sans ma soeur, avec qui je vis depuis toujours.
Sans Myrtille mon bébé chat (même si ok je gagne nova au passage, mais quand même, le choix est rude).
Et avec mon doudou.

Et la vérité c'est que ça va tout changer.
Je sais que c'est normal, mais ça me fait drôle de me dire que je quitte le cocon familial pour de vrai, même s'il ne revêt pas toujours l'habit d'un paradis terrestre.
Drôle de me dire que l'indépendance est si proche, en me demandant si je vais réussir à l'embrasser comme je l'aimerais.
En attendant, je prends conscience de mon quotidien et savoure chaque action, comme si c'était potentiellement la dernière fois que je faisais certaines choses quotidiennes dans cet endroit dans lequel j'ai vécu tant de temps et où se cachent tant de souvenirs.
Je suis heureuse de partir, mais j'ai ce pincement dans mon coeur, et cette peur dans mon ventre qui grandit.

Levons donc un verre!

A ma première visite d'appartement à la lumière torche de l'iphone d'un propriétaire (pour de vrai, l'électricité avait été coupée, c'était ... Original).
A mon doudou tête en l'air.
A cet appartement beaucoup trop beau pour être vrai.
A l'inconnu qui m'attend.

A ma vie qui commence.

Je sais maintenant ce que ressent le petit oiseau qui tente le grand saut la toute première fois : pétrifié et maître de son destin à la fois.

Je m'en vais de ce pas trier mes kilos d'affaires et rêvasser/flipper sur mon futur proche.
D'ailleurs, si certaines sont intéressées par un "vide dressing/placards" qu'elles me le disent, je crois qu'un tas de choses vont prendre la porte de sortie et je préfèrerais les céder contre quelques euros que les jeter.

Et vous alors, l'indépendance, vous l'avez, vous y pensez, vous l'avez vécu comment?

Je sais que cet article dit tout et rien en même temps, mais voilà, j'me suis dit que c'était sympa de partager avec vous une nouvelles aussi importante.

Je vous embrasse

Délia ♥


mardi 11 novembre 2014

On décortique ... Les crevettes végétales ! (avec en bonus la recette à faire avec autre chose que ça)


Je vous parlais dans mon précédent article de mes achats chez Un monde Vegan, dans lesquels figuraient ces crevettes végétales.
Bien évidemment, j'avais très envie d'être fixée (enfin) sur le goût que pouvaient avoir ces choses au visuel identique à la petite bestiolle qui chatouille les orteils dans le sable de la mer.


Il faut savoir qu'initialement, je ne suis pas fan des fruits de mer, j'espérais donc que ça n'y ressemble pas trop.

Le produit se présente dans un pochon sous vide de 300 g de grosses crevettes.
Je ne lis pas l'allemand mais le monsieur de la boutique m'a dit qu'il y avait du manioc, et j'ai réussi à décrypter le reste : eau, sel et sucre. Ni plus, ni moins.

Visuellement c'est très réussi, on dirait vraiment des vraies, avec leur jolie couleur orange, leurs stries et leur chair un peu élastique.

Je les ai longuement cuisinées, pour être honnête, je fondais de grands espoirs en elles, si bien que je m'attendais vraiment à un résultat à la hauteur.
Je vous donnerai la recette, pour celles qui seraient tentées de reproduire avec des vraies crevettes (ou des protéines de soja texturées, ça marche aussi et on laisse les crevettes dans la mer, c'est mignon une crevette).



Ca grille comme des gambas, ça a un coté agréable sur la première couche. Mais alors le coeur. Quelle horreur. Un mix entre une carotte qui a ramolli et un vrai fruit de mer trop cuit. Une sensation de croquant et de flubber dans la bouche. Si j'imagine croquer dans un vers vivant, c'est cette sensation là que j'y associe, le dégoulinant en moins.
Vous vous douterez bien que le goût n'est pas le souci, loin de là, puisque c'est assez neutre.
La vérité c'est que détaillé en tous petits morceaux, frit ou doré ça doit pouvoir se manger, mais ça perd du coup tout son intérêt!


Donc voilà, pour les presque 6 € qu'elles coûtent, achetez vous un bon tofu ! ;)

Pour ce qui est de la recette, j'ai réalisé un riz pilaf avec 120 g de riz (pour 2 personnes), en faisant sauter dans de la matière grasse (2 cuillères à soupe) du riz cru, puis en y ajoutant petit à petit de l'eau jusqu'à ce qu'il soit cuit, en ne cessant pas de remuer mais en laissant un peu de temps pour qu'il dore. Parallèlement, j'ai détaillé un demi oignon très fin et l'ai fait revenir à la poêle dans de l'huile de coco. Ca sentait comme le paradis, mais en meilleur.
J'ai mélangé les deux puis ai ajouté quelques morceaux d'ananas détaillé lui aussi très fin et ai rapidement retiré du feu pour éviter de faire perdre au fruit toutes ses vitamines.

Avant tout ça (c'est bien de le dire maintenant c'est vrai), j'ai fait revenir les crevettes dans un peu d'huile (celle de votre choix) pour qu'elles dorent et ai ajouté mes épices en fin de cuisson, ai laissé dorer encore puis ai ajouté le lait de coco (10 cl), en prenant soin de baisser le feu et laisser mijoter, pour que les arômes aient le temps de pénétrer à l'intérieur de la "chair".

Dressez ensuite une jolie assiette, parce que même si c'était pas bon, ça avait le droit d'être joli.


Moralité, ma curiosité m'apporte autant de bonnes que de mauvaises découvertes mais ce qui est certain, c'est qu'on a bien rigolé avec ma soeur, et qu'on a fini par les jeter, parce que c'était inmangeable. Même avec la plus grande volonté.

Belle fin de journée fériée à vous!

Vive les p'tites crevettes qui gambadent dans le fond des océans!


Délia ♥



dimanche 9 novembre 2014

Un monde Vegan : l'épicerie où tu trouves de tout et même plus encore!

Si je ne suis pas encore vegan et que je ne sais pas si je le deviendrai, il est évident qu'il m'arrive assez souvent de cuisiner sans aucune matière animale grâce au régime végétarien, ce qui n'était pas vraiment le cas avant.

Vegan, pour ceux qui seraient de passage et ne connaîtraient pas, signifie que vous refusez toute exploitation animale et que de ce fait, vous ne consommez Pas de viande, pas d'oeufs, pas non plus de crème, mais aussi pas de miel, de cuir, de cire d'abeille ... (si je me trompe corrigez moi!)
C'est une démarche qui n'est pas toujours évidente puisqu'il faut sans cesse vérifier les compositions car les matières animales se cachent un peu partout.
Par contre, n'allez pas croire que le veganisme est un clan de mangeurs de salade et de graines : la détentrice du blog 100% végétal est le parfait exemple que rien de tout cela n'est vrai.

Il existe dans le monde végétal des choses qu'on n'imaginait même pas!

J'ai voulu me lancer dans l'expérience des simili divers et variés.
Le rayon du magasin "Un monde Vegan" sur ce thème est particulièrement impressionnant et blufferait les meilleurs carnés de la terre. On y trouve du poisson, de la viande hachée, du filet de dinde, du canard, des crevettes ... sans matière animale.
Les visuels sont vraiment similaires, alors comme j'aime m'aventurer en terre inconnue quand il s'agit de manger ... J'ai embarqué quelques copains.


La mozzarella végétale : Il existait des paquets de mozzarrella sous sa forme ronde plus habituelle, mais comme je ne l'utilise jamais dans sa totalité, j'ai préféré prendre le parti des tranches (et en plus on peut les caser dans un veggie burger héhé).


Les allumettes de protéines de soja texturées : il existait également des sortes de médaillon imittant le boeuf.
Ces curiosités me serviront à tester la recette de Marie Laforêt qui en utilise, j'ai juste hâte de me faire mes aiguillons façon canard laqué !


Les crevettes végétales (ou langoustines, j'lis pas bien l'allemand haha) : J'ai demandé au monsieur, il m'a dit que ça n'avait pas le goût de quoi que ce soit et qu'il fallait bien l'assaisonner. J'ai prévu de le cuisiner à l'éxotique, au lait de coco! Je vous en dirai des nouvelles :D!


De la sauce fumée : comme ça je vais pouvoir me faire moi même mon tofu fumé! A ajouter à toutes les préparations auxquelles on veut donner un petit goût comme la viande fumée! Gros coup de coeur sur le packaging qui fait vraiment obscur!


La spacebar : cette curiosité qui sent le fumé, que je vais trancher fin et utiliser pour me faire une flammeküche ! :) Son petit format est pour moi un atout, car j'ai souvent du mal à terminer les paquets de simili qui j'achète, étant la seule à en manger.


Le faux gras : Alors lui, autant vous dire que j'ai tapé dedans dès que j'ai eu du bon pain croustillant sous la main, et je ne regrette pas d'un sou. La texture est vraiment proche du foie gras, le visuel aussi. Le goût est vraiment très agréable même s'il ne ressemble pas comme deux gouttes d'eau à du foie gras, il se déguste sans aucun soucis. Je sais déjà qu'il sera à ma table à Noël!



La boutique possède également un rayon Raw, et un joli rayon fromages vegan.
Il y a même un stand makeup d'une marque dont j'ai un peu oublié le nom mais qui fait de très jolis rouges à lèvres!

La boutique, malgré le nombre de références prêtes à te faire perdre la tête, est pourtant toute petite, c'est une mini caverne d'ali baba.
Attention cependant, tous les produits ne sont pas certifiés bio!
Les prix pratiqués y sont normaux pour ce type de produits. Les simili carnés ne sont pas donnés mais après tout, qui en mange constamment quand il est devenu végétarien? ;)
Pour la totalité de ces produits, j'ai payé 21 €. Comme je les considère comme des extras que je n'achèterai pas souvent, je trouve ça raisonnable. De plus, comme je ne compte pas manger toutes les crevettes d'un coup j'en congèlerai une partie (oui j'ai vérifié c'est possible :) ). Du reste, les dates vont vraiment loin dans le temps, c'est l'avantage avec le monde végétal! :)

Si vous souhaitez découvrir la boutique, vous pouvez vous y rendre et discuter avec les adorables personnes de la boutique au 64 rue Notre Dame de Nazareth, ou bien faire un tour sur leur site internet, pour vous rendre compte de ce qu'ils ont à vous proposer.

Je vous laisse sur ces douces paroles, pour aller cuisiner mes produits venus d'ailleurs.

Délia ♥