mardi 7 juillet 2015

Hot-Dog version végétarienne : junk food, gloire et défi barbecue

Ca y'est canicule et glace sont arrivés, et maintenant, tu es de corvée barbecue, toi qui n'es plus abonné à la chipolata depuis maintenant un petit bail. Du coup, tu es celui qui ne peut pas piocher dans les barquettes de 70 petits tubes de boyau entre merguez et aux herbes et qui doit se rabattre sur le seul sachet de chips de la soirée.
Je caricature un peu, mais dans mon ancienne bande de potes (ouai parfois, la vie vous sépare, what a shame), c'était barbaque et point barre. Sauf que c'est tellement réducteur comme vision du barbecue!
Maintenant et grâce à des heures passées sur internet, j'ai trouvé des tonnes d'idées de légumes grillés, de salades froides, de brochettes de tempeh, de tofu;  j'ai limite (limite parce que j'ai jamais vraiment aimé ça) hâte de faire un barbecue!
D'ailleurs, je me dis que rares sont ceux qui voient le barbecue autrement alors qu'il y a tellement plus à faire que de simples morceaux de viandes souvent trop cuite!! :)

Je me suis dit que finalement, ce serait assez rigolo de moi aussi me lancer dans la confection de super hot dogs, mais un peu plus dans les règles de l'art qu'une baguette coupée en 4, avec un pain maison moelleux, et des saucisses sans morceaux de gras, sans boyau, ni autres trucs finalement pas terribles qu'on retrouve dans les saucisses bon marché qui réduisent de moitié à la cuisson.
J'ai maintenant essayé plusieurs sortes de saucisses végétales, et toutes sont très différentes. La vérité, c'est que je n'aime que les petites saucisses, de la marque taifun, car j'adore leur assaisonnement. Bien cuisinées, elles ont plus ou moins la même texture et le même goût que les knacky (sans avoir à leur envier le processus de fabrication douteux).


Le pain est une recette trouvée sur le blog de fraise basilic, mais que j'ai un peu modifiée parce que moi, j'ai pas de lait en poudre et je ne me voyais pas en acheter pour les quelques grammes nécessaires. Au bout de trois essais très concluants j'ai fini par en déduire que ce détail était secondaire et qu'à l'évidence, mais pains sont parfaits comme ils sont.

Avec ce petit pain j'ai décidé de garnir d'oignon rouge sauté et d'un peu de moutarde, tout simplement. Et ça n'avait vraiment pas besoin de plus!


Cette recette de bun est aussi celle que j'utilise pour faire mes pains à burger. Dans ce cas faites des boules de 120 grammes que vous parsèmerez de graines de sésame! Vous obtiendrez une grande quantité de pains si comme moi vous êtes deux seulement, n'hésitez pas à faire toute la recette pour que la pâte soit bien pétrie, ils supportent merveilleusement bien la congélation (et ce sera tellement mieux que de les acheter pour vos prochaines envies junk food! ;) ).

- 25 g de levure de boulanger (en cube pour moi)
- 30 cl d'eau
- 500 g de farine
- 50 g de lait
- 50 g de sucre en poudre
- 100 g de beurre pommade
- 10 g de sel
- Lait ou oeuf pour la dorure

1 - Délayer la levure dans de l'eau tiède puis placer le reste des ingrédients, sauf l'eau dans le batteur.

2 - Contrairement à la recette de base, je préfère commencer en mettant l'eau petit à petit, puis m'arrêter lorsque la texture est celle que j'attends. Dans ce cas, versez les 2/3 de l'eau, pétrissez. Si la pâte est trop raide ajoutez en, autrement laissez tourner le robot. Le pétrissage prend une dizaine de minutes, c'est lui qui vous donnera des petits pains aérés et légers!

3 - Lorsque votre pâte est prête (elle doit se décoller des bords de votre cuve en ayant cependant une texture rebondie et facile à travailler), détaillez votre pâte en parts égales de 100g. Boulez chaque petite boule (ça lui donnera "de la force", encore une histoire de pousse réussie) et façonnez des boudins d'une dizaine de centimètres.

4 - Laissez pousser à température ambiante une à deux heures selon la chaleur qu'il fait (en ce moment c'est TRES rapide), jusqu'à ce que les pains aient doublé de volume.
Dorez les délicatement à l'oeuf entier battu ou au lait (je préfère la première option qui leur donne une couleur plus dorée et que je n'ai pas utilisée pour ceux de cette fois-ci) et enfournez à 180°C pendant 15 minutes environ. Selon la taille ça varie!


Préparation de la garniture:

Taillez de fines rondelles dans un demi oignon rouge, puis faites le revenir à la poêle à feu doux jusqu'à ce qu'il soit bien cuit et translucide, puis ajoutez une cuillère à café de sirop d'agave pour faire caraméliser.

Dans votre four encore chaud, placez votre pain coupé en deux, avec sa saucisse et ses oignons. Lorsque le tout est chaud, sortez du four et mangez sans plus attendre avec la sauce de votre choix!


Accompagnement :

Quel meilleur accompagnement que des patates au four? ;)
Rien de plus simple, pour cela il te faudra des pommes de terre, que tu couperas en quartiers assez égaux tout de même pour faciliter une cuisson homogène, et puis zou, 200°C au four pendant 30-40 minutes.
Si tu aimes varier les plaisirs, il te suffira alors de les parsemer, en plus d'huile d'olive pour les cuire, d'épices (curry, coriandre moulue, poivre, baies roses) ou d'herbe séchées (romarin, thym, basilic...) ou bien encore d'utiliser la cousine patate douce pour des frites bicolores...


Et là tu vois, en croquant dans ton hot dog, jamais tu ne pourras, comme on te demandes si c'est pas parfois le cas dans ce genre d'événements, regretter de ne plus manger de viande.
Parce que là, ce que tu croques, c'est trop bon.
Y'a plus que toi et ton hot dog sur terre. Et tes frites au four. Et que sa saucisse vienne de la terre, d'un cochon ou du paradis, tu t'en fiches pas mal!


Alors végétarien ou omnivore, je te conseille tout de même de te laisser tenter au moins une fois par cette drôle de recette de hot dog sans saucisse, tu risquerais d'être surpris, et dans le bon sens!! :)

En espérant que vous aussi vous amusiez à faire un repas aux allures carnées, amusez-vous bien avec ces petits pains magiques!
Je vous embrasse et vous souhaite un méga bon appétit.

Délia ♥

dimanche 5 juillet 2015

Gelée de groseilles maison pour petits déjeuners acidulés !

Petite, j'ai mangé beaucoup de confitures, ma préférée étant la Myrtille de Bonne Maman. J'aimais aussi la fraise mais un peu moins, et la framboise. L'abricot était chouette au quatre heures sur de la brioche bien moelleuse.
Par contre j'ai mangé très peu de gelées : seulement dans les mini barquettes à la cantine (ouaouuh!). Ce n'était donc pas une référence.


J'aimais bien aussi leur texture plus fluide et qui a tendance à fondre sous la langue.


Les fruits rouges sont à l'honneur ces derniers temps, la saison des fraises est presque passée, celle des cerises est en cours et les groseilles ont débarqué en trombes dans ma cueillette. J'ai mis les pieds dans le champs alors qu'il venait à peine d'ouvrir, c'était un spectacle fantastique de voir toutes ce grappes rouge vif par millier dans les buissons. L'abondance la plus totale!

Evidemment, j'ai mouliné très fort dans ma tête, d'autant que les prix sont très incitatifs à acheter des grandes quantités pour les cuisiner.
L'idée numéro un a été de faire une petite gelée. La groseille contient beaucoup de pépins qui ne seraient pas superbes en confitures! (pour l'idée numéro deux ça viendra bientôt héhéhé).

En réalité, je n'avais jamais fait moi-même de confitures et je pensais qu'ils fallait une préparation titanesque pour en fabriquer, mais c'est très simple!


Il vous faut simplement de jolis fruits frais, quelques bocaux (je récupère les miens des bocaux que j'achète dans le commerce pour mes pois chiches et coulis de tomates) et même pas une heure pour cette gelée!

Cette recette est d'ailleurs facile à adapter en fonction du poids de jus : quantité égale de sucre! Il vous faut savoir tout de même qu'il vous faudra une grosse quantité!



1- Prenez vos groseilles et chauffez les dans une casserole, afin de faire éclater les baies et d'en laisser le jus sortir.

2- Prenez un chinois et passez toute votre purée dedans, en récupérant bien évidemment le précieux jus! Pressez au maximum afin d'en extraire le plus possible. Pesez votre jus, ajoutez la même quantité de sucre, et faites bouillir dix minutes.

3- Un peu avant de mettre votre gelée à bouillir, n'oubliez pas de stériliser vos petits pots, car si ça paraît bénin, on peut se chopper des sales trucs en faisant ses bocaux sans observer des règles d'hygiène pourtant simples. Pour ce faire, mettez bocaux et couvercles préalablement lavés dans une quantité suffisante d'eau pour qu'ils soient recouverts, puis laissez à ébullition dix minutes au moins. Au sortir de l'eau, disposez vos bocaux à sécher sur un torchon, tête vers le bas.

4- Quand la gelée est prête, versez là bouillante dans votre pot, fermez le couvercle, et retournez-le jusqu'à refroidissement (j'ai toujours vu ma maman faire ça, il paraît que ça assure une meilleure conservation!).


Afin d'en faire un objet de fierté, vous pouvez découper un petit carré ou rond d'un tissu rigolo ou joli, puis de l'attacher avec un ruban. N'oubliez pas, si vous avez de grandes quantités, de dater vos bocaux, afin de ne pas vous y perdre et de ne pas vous retrouver avec des bocaux qui datent d'il y a 10 ans en rangeant mal!

En tout cas, si on a parfois la sensation que la groseille n'est pas un fruit très savoureux mais plutôt acide, on sent bien sa saveur particulière et agréable dans cette gelée, qui sera l'amie de vos goûters!


Pas besoin d'ailleurs d'y ajouter un sucre spécial confitures, un sucre tout simple suffira car l'acidité des fruits entraîne une coagulation très efficace qui se suffit à elle-même !


Bonne fin de de dimanche à vous, je vous laisse sur ma photo de la cueillette du jour, avec laquelle j'ai encore de grands projets ;)!



Mille bisous

Délia ♥

jeudi 2 juillet 2015

Oiseau tropical

Un beau matin j'ai eu envie. J'ai repris ma palette, je l'ai ouverte et contemplée, et je me suis de nouveau amusée à piocher et assembler. Bon, vous voyez là la version après-midi quand je suis rentrée et en ai remis une couche, une bonne couche.
Ca m'avait manqué de ne pas jouer avec mes petits pinceaux!


Je ne sais pas pour vous mais moi ces températures caniculaires, je ne les envisage qu'avec la plage ou la piscine à coté, un verre frais à la main et tout au mieux assise voire allongée, un bouquin à dévorer. Je rêve déjà du moment où, valise bouclée, nous partirons sur les routes en direction de la mer, où nous la reverrons pour la première fois, où nous mangerons des glaces artisanales délicieuses aux saveurs improbables, où les soirées seront douces ...

En attendant, je ressors les robes, les jupes et le maquillage aux couleur flashy qui vont toujours de pair avec le retour du soleil adoré.


Pour réaliser ce maquillage, j'ai utilisé les couleurs de la bien aimée BH Cosmetics Take me to brazil, ainsi que des paillettes de chez Aroma zone que l'on distingue mal sur la photo mais qui sont vraiment une merveille de non discrétion une fois posées ;) ! Elles ne coutent pas grand chose mais sont du plus bel effet!




Le maquillage est assez simple à réaliser, la seule difficulté étant de réussir à fumer sans trop déborder partout en coin externe. J'ai commencé par poser le fard le plus foncé, un bleu marine, que j'ai étiré vers le sourcil en l'estompant. Est ensuite venu un bleu ciel pailleté, puis un jaune or irisé en coin interne, le tout fondu entre le jaune et le bleu, donnant naissance à de jolis reflets verts pétillants.
Pour finir, j'ai mouillé mon fard bleu et en ai fait un trait de liner en suivant le fumé de mon dégradé à l'aide de mon pinceau couteau suisse que j'avais reçu l'an passé de chez Elite Models.



Je me dois absolument de vous parler du Mascara Avril : il est génial!! J'étais depuis 2 ans en couple avec couleur caramel, mais j'ai changé d'avis, j'ai été conquise. La brosse de ce petit mascara est bien fournie, le mascara est noir et fait des cils de biche, et il ne coûte pas un bras (7€). Si vous cherchez un bel outil pour agrandir votre regard sans passer deux heures devant la glace au réveil, vous avez trouvé votre ami! ;) Par contre, comme la plupart des mascaras biologiques, il n'est pas waterproof, mais bon, on ne pleure pas tous les jours, et si on doit aller à la piscine, on le sait suffisamment en avance pour ne pas se pinturlurer le nez ou éviter de mettre la tête sous l'eau!


Les vacances arrivent bientôt ... pour certaines c'est tout de suite, alors EXCELLENTES glanderies vacances à celles qui ont déjà les pieds dans l'eau, et force et honneur à celles qui, comme moi, profitent de la canicule au boulot, en s'approchant un peu plus du décès chaque seconde qui s'écoule (l'ennui du à la baisse d'activité compte aussi).


Bisous colorés

Délia ♥ Tape à l'oeil

mardi 30 juin 2015

Tacos Party ! [Si c'est Veggie, tout est permis!]

Si y'a des plats qui sont d'une difficulté phénoménale à partager entre végétariens et omnivores, comme un steak frites, certains autres réunissent tout le monde, sans que personne ne se rende compte de manger "végétarien". Non parce que c'est presque épuisant à la fin, faudrait limite estampiller les trucs sans viande dedans, comme des ovnis, alors qu'il arrive qu'on mange végétarien assez souvent. La fondue savoyarde : végétarien.
Le gratin dauphinois? Végétarien.
Une pizza margharita? Végétarien.
Pourtant c'est pas des légumes vapeur et du quinoa hein? :D


Trêve de plaisanterie, mais la vérité c'est que c'est pas toujours facile de faire à manger aux gens qui viennent chez toi, qui sont omnivores, et qui n'ont pas forcément l'habitude des saveurs végétales auxquelles je suis habituée et auxquelles mon palais a pris goût. Et je veux pourtant qu'ils sortent en se disant qu'ils ont bien mangé et que le végétarisme c'est pas austère et triste, ni restrictif. Qu'en fait, ben c'est la fiesta!


J'ai attrapé cette recette dans le livre  "recettes végétariennes" (dont je t'avais parlé dans mon article sur mes possessions littéraires concernant le genre) de Larousse.
Elle nécessite de réaliser plusieurs petites préparations faciles et le résultat en vaut la peine.
Tout le monde n'aime pas tout, alors chacun fait à sa sauce, c'est ça qui fait le charme de ce genre de repas!
En plus, c'est un repas festif et plutôt économique. En somme, parfait !


Pour communier nourrituralement parlant entre 6 personnes il te faudra 

- 1 boîte (moyenne) de haricots rouges
- 1 petite boite de grains de maïs
- 2 avocats
- un petit pot de crème fraîche 
- le jus d'un demi citron
- De la ciboulette (la mienne était congelées mais fraîche c'est encore mieux!)
- Un bouquet de coriandre


Pour la sauce tomate 

- 2 belles tomates fraîches bien mûres ou une boite de tomates pelées au jus
- 1 bel oignon (rouge de préférence mais jaune ça marche aussi)
- de l'huile pour la cuisson
- 1càc de paprika
- 1/2 càc de coriandre en poudre
- le jus d'un citron vert
- deux gousses d'ail hachées
- un peu de tabasco ou de piment en poudre

Faites d'abord revenir votre oignon dans l'huile de votre choix, puis, ajoutez vos épices. Enfin, coupez vos tomates de préférence pelées en petits dés et laissez mijoter à feux doux.

Pendant ce temps, préparez la sauce à la crème fraîche en mélangeant ensemble la crème, le jus de citron et la ciboulette, avec quelques tours de moulin de sel et de poivre. Conservez au frais.

Préparez votre avocat en le coupant en lamelles. Réservez.

Quand la sauce à la tomate a réduit, faites revenir à feu doux dans une autre poêle et en couvrant maïs et haricots rouges, histoire de les réchauffer (même si actuellement vu les températures tu peux simplement les mettre au soleil 15 minutes ça fera aussi l'affaire haha).

Allume ton four et positionne sa température interne sur 200°C, puis fais réchauffer tes galettes de maïs (ouai j'avais oublié de les mettre dans la liste d'ingrédients mais ça me paraît assez évident tout de même).

Et ensuite, A TABLE AIE PEPITOOOOO! N'oublie pas de mettre à disposition la coriandre fraîche et l'avocat (que je te conseille d'arroser de citron pour éviter son oxydation :) ).

La marche à suivre est simple : une fine épaisseur de crème fraîche citron/ciboulette, un peu de sauce tomate, du mélange haricot/maïs et quelques feuilles de coriandre fraîche ! :)

J'ai servi ça avec de jolies feuilles de salade un peu frisotante, pas besoin d'alourdir le tout, c'est déjà bien assez consistant ;)!

**************


En apéritif bien évidemment, j'ai eu l'idée de mojitos, accompagné d'une salade de boules de melon des charentes à la menthe ... C'était très Mexico tout ça, et ça s'est terminé par une cueillette en famille à la ferme de gally, une chouette journée, en somme.
Alors vous aussi mangez des Tacos. Ouai!


Enfin, le midi d'après j'avais peu de restes alors j'ai remixé la recette en ajoutant un oeuf sur le plat et le reste de la préparation, c'était tout aussi bon et encore plus rapide à préparer (VIVE LES RESTES!!).

En espérant que cette recette t'ai plu, je retourne chevaucher mon âne avec mon sombrero et mon poncho (laisse moi doucement rêver).


Bisous caniculaires.

Délia ♥ 

dimanche 28 juin 2015

Vice versa : Disney et Pixar nous emmènent voyager au coeur des sentiments

Ou de son petit nom "inside Out" chez nos amis anglophones.


J'avoue, doudou m'a traînée de force voir ce film. L'affiche ne me disait rien et je n'avais vu qu'une bande d'annonce qui m'avait laissée ... dubitative.

Et finalement, le film commence, et tout de suite, on sait que ça va être un beau film, parce que les première minutes sont émouvantes.
Je suis d'évidence fanatique de films d'animation. Leur univers est plus coloré, et surtout, beaucoup moins réel, mais tout en essayant toujours de montrer le meilleur et le pire de l'être humain.

Premières minutes, on se retrouve avec Joie, une petite bonne femme jaune à cheveux bleus. A l'intérieur du cerveau d'une petite fille, Riley, le jour de sa naissance. Elle ouvre les yeux sur ses parents, et à cet instant, une petite boule flamboyante pointe le bout de son nez. Joie la touche ; elle contient ce souvenir, précieux. Ce fragment de bonheur.
Ses premiers instants dans le monde, et l'unique sensation qu'elle connait : la joie.
Puis très vite arrive Tristesse, nana bleue un peu dépressive sur les bords, suivie au fur et à mesure de Dégout, Colère et Peur. Une joyeuse bande qui s'affaire sur la petite console à disposition pour rendre la vie de la petite Riley la plus chouette possible, en pianotant sur les touches, chacun avec sa compétence.
Et chaque jour, des dizaines de petites billes contenant des souvenirs sont créées et stockées précieusement, créant la personnalité de Riley.


Le film paraît enfantin, mais mine de rien, c'est presque décortiquer le fonctionnement de la mémoire et l'expliquer à des enfants. La représentation de concepts complètement abstraits prend alors un tour visuel, parlant et absolument génial. Je ne vais pas trop vous en dire pour vous laisser la surprise, mais je trouve que disney et pixar ont su rendre le mécanisme des sentiments fascinant, palpable et toujours, poétique. Cette touche de poésie qui fait qu'on aime ces univers. Qu'on s'attache aux personnages, et qu'une histoire pourtant banale devient fantastique.


Je ne peux pas non plus vous dire que le film est joyeux. Il nous fait passer par la palette complète des sentiments. J'ai ri, pleuré au moins 4 fois (et genre le gros chagrin quoi à limite en fare trembler les sièges de toute la rangée), j'ai eu peur, et j'ai été en colère.
Visuellement le film est bien entendu une réussite, moi qui n'adhérais pas du tout avec les personnages au départ, je me suis vite prise au jeu.


Quand j'y repense, c'est certainement complexe pour des tout petits, mais parfaits pour des amoureux comme moi de l'imaginaire, des sentiments, et des jolies histoires.
Mais bon, je ne suis pas petite et d'évidence, je sous-estime certainement les capacités aussi bien des petits à comprendre, que la capacité de pixar à créer différents niveaux de lectures et se faire apprécier de tous.

Je suis sortie les yeux rouges mais contente. Car le film essaye de nous faire comprendre des choses par ce voyage, pour moi c'est un petit message d'espoir, qui incite à vivre la vie et profiter de toute la palette des sentiments, sans prendre la tristesse comme une fatalité mais bien une étape par laquelle il faut passer par moments pour finalement se sentir mieux et vivre pleinement sa vie.

Soyez curieux, et n'hésitez pas à aller dans une salle obscure (et si possible pas trop climatisée, parce que je pense que notre ciné essaye de recréer un climat polaire) pour profiter de ce petit chef d'oeuvre! Vous ne serez pas déçus.



jeudi 25 juin 2015

Citron givré : le petit jaune au coeur tendre !

Non, je ne pouvais pas vous laisser passer à coté de cette nouvelle : J'ai accueilli à la maison Krups. Krups est une sorbetière, celle de la maman de mon chéri, et il prenait la poussière dan pluieur fond de placards. On a du fouiller dans toute la maison pour retrouver le tout, mais l'adoption s'est terminée de façon on ne peut plus parfaite, puisque j'ai même la notice et le livret de recettes. Manque plus que le carton d'origine quoi.


Le doudou n'aime rien, ça je vous en ai parlé presque à chaque fois que je vous parle de bouffe parce que ça me hante un peu. Mais le doudou aime le citron. Il me tanne avec le citron. Et avec cette glace. Et ce depuis 2 ans. DEUX ANS.
Le bougre n'a pas oublié combien il l'avait aimée.

Alors fatalement, quand krups est arrivé, doudou lui, il  a pensé citron. Et comme je l'aime j'ai cédé.

Cette recette est vraiment sympa. Déjà, c'est du vrai citron (et pas du pulco) et en plus on ne jette rien du tout, puisque le citron vidé sert de présentoir à glace. Un bon élève du zéro déchet quoi (même si ouai je sais après on le mange pas on le jette, mais il a quand même eu une deuxième vie, c'est beau non?).
Et puis alors c'est une glace qui est légère et aérée. Elle redevient vite mangeable dès la sortie même du congélateur (big up à ma glace béton vegan au cacao), et ce grâce à la présence de blancs en neige. Bizarre? Ingénieux tout du moins!
Alors bien sûr, ça fait de la perte me direz vous : et ben non, avec le jaune, on fait de la glace vanille! (véridique, et après on ouvre un stand de glacier en bas de la maison, vuai vuai vuai).

Voici la recette, pour 6 beaux citrons pour les amateurs du petit jaune :


- 6 jolis citron bien dodus et juteux (de préférence bio, mais ça c'est ton choix)
-  200 g d'eau
- 200 g de sucre en poudre
- 2 blanc d'oeuf, battus en neige ferme

Il est important de préparer son mix (petit nom qu'on donne au mélange avant qu'il ne soit turbiné) de glace la veille, et ce peu importe le parfum : dans le métier on appelle ça la maturation. Ca permet de développer les arômes. Après tu peux ne pas le faire, mais si tu as le luxe de pouvoir, ça joue.
Lave tes petits jaunes, puis découpe le chapeau. Les miens avaient des "têtes" des deux cotés, j'ai rogné un des deux pour qu'ils puissent tenir bien debout.
L'étape la plus chiante est à venir : videz les citron intégralement à la cuillère et pressez la pulpe afin d'en extraire le jus.
Faites bouillir eau et sucre pendant 2 minutes, laissez refroidir et ajoutez à votre jus de citron. Réservez cette préparation jusqu'au lendemain!

Battez vos blancs en neige ferme. Mélangez les au jus (c'est pas facile d'obtenir un truc bien homogène), et vere ça dans ta sorbetière. Je l'avais fait sans, le résultat était quand même moins convaincant!
A la fin du turbinage (ou de la prise en congélateur en remuant à intervalle régulier), garnissez les citrons, reposez leur chapeau sur le haut de leur corps dodu, et zou, au grand froid!

Pour ma part j'envisage déjà la même chose avec des oranges ...


Vous aimez ça vous, les citrons givrés?

Bisous doux,

Délia ♥